/news/currentevents
Navigation

Courrier contaminé envoyé à Donald Trump: opération policière à Saint-Hubert

Coup d'oeil sur cet article

Une délicate opération policière était en cours lundi dans un immeuble à logements de Longueuil, concernant l’envoi d’une lettre empoisonnée au président américain, Donald Trump.

• À lire aussi: Une femme arrêtée à la frontière canado-américaine

L’opération menée par la GRC au quatrième étage du bâtiment résidentiel du boulevard Vauquelin dans le secteur de Saint-Hubert était effectuée à la demande du FBI.

Une partie de l’immeuble a dû être évacuée pour la sécurité des locataires de l’endroit. La perquisition était menée par l’équipe de la GRC spécialisée en produits chimiques, bactériologiques, radiologiques, nucléaires et explosifs.

«Dans ce genre de situation, on prend toutes les précautions nécessaires», a indiqué le caporal Charles Poirier, porte-parole de la GRC.

  • Écoutez l'entrevue avec Paul Laurier, ex-enquêteur de la Sûreté du Québec et président-directeur général de Vigiteck, à QUB radio :

Les autorités ont confirmé que l’opération était en lien direct avec la lettre contenant de la ricine, interceptée il y a quelques jours par les services secrets américains. La missive était destinée au président Trump à la Maison-Blanche, à Washington.  

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoît Dutrizac sur QUB radio:   

Maxime Deland | Agence QMI

Maxime Deland | Agence QMI

La GRC n’a cependant pas voulu confirmer que la lettre aurait été concoctée depuis l’immeuble à logements du boulevard Vauquelin, se contentant de dire que «ça a un lien avec ce bâtiment».

Les forces de l’ordre ont également confirmé que la femme arrêtée dimanche au poste frontalier américain de Peace Bridge, reliant Fort Érié en Ontario et Buffalo aux États-Unis, «a un lien avec cette adresse du boulevard Vauquelin».

La femme, dont l’identité n’a pas été révélée, tentait de se rendre par voie terrestre en sol américain et était en possession d’une arme à feu, selon CNN.

«C’est vraiment stressant comme situation. Une aussi grosse histoire qui aurait débuté ici, juste à côté de chez nous, c’est quand même incroyable et très inquiétant», a dit Thierry Lefrançois, qui demeure dans l’immeuble voisin de celui qui est ciblé par les autorités.

La délicate opération policière devait se poursuivre durant une bonne partie de la journée.