/news/currentevents
Navigation

Il gagne sa cause contre la police de Repentigny

Hézu Kpowbié a été acquitté d’avoir possédé une arme blanche, alors qu’il a gagné sa contestation contre le Service de police de la Ville de Repentigny.
PHOTO COURTOISIE Hézu Kpowbié a été acquitté d’avoir possédé une arme blanche, alors qu’il a gagné sa contestation contre le Service de police de la Ville de Repentigny.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme noir de Repentigny a été acquitté de possession d’une arme blanche, alors que des policiers de Repentigny lui avaient donné un constat parce qu’il avait un ouvre-lettre sur lui. 

La soirée du 15 septembre 2019 s’est mal terminée pour Hézu Kpowbié, qui se rendait au parc avec son fils et un ami de ce dernier.

L’ami de son fils trimballait un ouvre-lettre, car il venait de s’en servir pour réparer sa voiture téléguidée.

L’enfant a échappé l’ouvre-lettre à quelques reprises en marchant vers le parc, alors Hézu Kpowbié a décidé de garder l’objet dans sa poche.

«Et tout d’un coup, j’entends en arrière de moi: "Monsieur, laissez tomber votre arme, laissez tomber votre couteau", a raconté l’homme de 43 ans. Et après, un policier avait son fusil qui pointait vers moi, comme dans les films.»

Deux autres agents sont arrivés sur la scène à la course, a dit Hézu Kpowbié. M. Kpowbié avait informé le premier policier que l’objet en question était un ouvre-lettre et non une arme.

«Il a dit "marche vers moi" et tout d’un coup, trois policiers pointaient leur arme vers moi, j’ai vraiment pensé qu’ils allaient me tirer dessus», a témoigné M. Kpowbié.

Il s’est alors couché au sol.

M. Kpowbié a déclaré qu’un des agents a appuyé sur sa colonne vertébrale à l’aide de son genou lors de l’intervention. Puis, il s’est fait passer les menottes.

Finalement, les policiers de Repentigny ne l’ont pas mis en état d’arrestation, mais lui ont donné une contravention de 150$ pour possession d’une arme blanche.

Il l’a contestée.

Une personne qui avait appelé la police, ce soir-là, a témoigné pour la Couronne, jeudi dernier, à la cour municipale de Repentigny.

«Le juge s’étonnait que la procureure me poursuivre pour ça, a dit M. Kpowbié. J’ai agi en citoyen responsable qui trouve quelque chose au sol et qui le garde en sa possession.»

L’Agence QMI a tenté de rejoindre la police de Repentigny en soirée, mais sans succès.