/news/education
Navigation

«Je contribue» pour l’éducation: le ministre Jean-François Roberge ouvert

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge
PHOTO d'archives, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, se montre ouvert à la mise sur pied d’une plateforme «Je contribue» pour le réseau de l’éducation, semblable à celle mise en place pour le réseau de la santé ce printemps, comme le demande la députée péquiste Véronique Hivon.

• À lire aussi: Les profs retraités en renfort: Québec espère convaincre 800 enseignants de reprendre du service

«Je ne veux pas l’exclure d’emblée, c’est une proposition qui mérite d’être étudiée, a affirmé le ministre Roberge. On regarde comment ça pourrait s’appliquer.» 

À la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement, on considère qu’il s’agit d’une «très bonne idée», puisqu’il y a des «besoins criants dans tous les postes en éducation», affirme son président, Nicolas Prévost. 

Selon la FQDE, environ 500 postes d’éducatrices à temps partiel sont toujours vacants dans des écoles aux quatre coins de la province. 

Il faudrait toutefois prévoir de la supervision et de la formation pour des volontaires qui voudraient venir prêter main-forte au réseau scolaire, souligne M. Prévost. 

Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, considère aussi que cette avenue mérite d’être sérieusement envisagée. «Il faut le regarder», lance-t-elle. 

Des gens pourraient être appelés en renfort pour faire de la désinfection dans les écoles, afin que les enseignants puissent consacrer davantage de temps aux élèves en difficulté, affirme-t-elle. 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com