/finance/news
Navigation

Négliger l’assurance habitation c’est risquer de tout perdre

AdobeStock_300901208 [Converti]
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Incroyable : 37 % des locataires québécois n’ont aucune assurance habitation. En temps de pandémie, c’est jouer avec le feu.

La plupart des scientifiques croient qu’un vaccin contre la COVID-19 ne sera disponible qu’à l’été ou même à l’automne 2021. Le télétravail est donc là pour rester encore un bon moment.

Or, de trop nombreux locataires croient, à tort, que leurs biens sont couverts par l’assurance de leur propriétaire. C’est faux. En cas de sinistre, ils peuvent tout perdre.

D’autres estiment que l’assurance est trop chère. Or, la prime moyenne annuelle au Québec est de 292 $, soit moins d’un dollar par jour, selon le Bureau d’assurance du Canada (BAC). L’organisme mentionne que le coût moyen d’un sinistre chez un locataire québécois (l’indemnité payée par l’assureur) est de 6327 $. Pourquoi s’en passer ?

D’autant plus que la couverture en responsabilité de votre assurance locataire fait toute une différence si vous mettez le feu ou causez un dégât d’eau majeur, qui pourrait représenter des dommages dans les centaines de milliers de dollars, voire plus d’un million. Sans assurance, vous payez de votre poche.

Tenir compte du télétravail

Si vous télétravaillez, prévenez votre assureur. La plupart du temps, ça ne change rien au contrat ou à la prime, mais pas toujours.

D’autre part, certains contrats d’assurance prévoient un maximum quant aux valeurs assurées, notamment pour les vélos ou les logiciels (mais pas l’équipement informatique).

Mais il peut y avoir des couvertures limitées si vous emportez avec vous au chalet vos ordinateurs, tablettes, vélos et matériel de plein air haut de gamme. Est-ce couvert par la police habitation du chalet ou celle de votre domicile principal ? Dans ce dernier cas, le contrat pourrait ne couvrir que 10 % de la valeur de vos biens en cas de vol ou de sinistre (mais plusieurs assureurs offrent davantage).

Et ça dépend du temps que vous passez à l’extérieur du domicile principal. Deux jours par mois n’équivalent pas à trois jours par semaine ou un été complet. Vérifiez vos couvertures ou contactez votre assureur ou votre courtier.

CONSEILS

  • Avant de magasiner de l’assurance, faites l’inventaire de tous vos biens. Vous serez surpris de leur valeur et vous connaîtrez vos véritables besoins d’assurance (grille d’inventaire gratuite du BAC : https://infoassurance.ca/fr/assurance-habitation/s-assurer/inventaire-des-biens.aspx). Photographiez et scannez les factures de vos biens les plus précieux.
  • Parfois, augmenter la franchise (le montant que vous payez en cas de sinistre) de quelques dizaines de dollars fait considérablement baisser la prime. Mais payer 2 $ de moins par mois pour se taper une franchise de 1000 $ en cas de sinistre n’a pas vraiment de sens non plus...
  • On l’a dit et redit : assurez votre résidence principale (loyer ou propriété), votre chalet et votre véhicule au même endroit pour économiser.
  • Un amoureux habite désormais avec vous ? Avertissez votre assureur (surtout s’il a des enfants). Dans un an, il reconnaîtra automatiquement votre amoureux comme conjoint de fait.
  • Vous avez un nouveau coloc ? Contactez votre assureur. Il pourrait avoir sa propre assurance habitation ou être inscrit à la vôtre.