/entertainment/movies
Navigation

«Un festival nécessaire»

Le 16e FIFBM prend son envol mercredi soir

Fabienne Colas
Photo courtoisie La présidente et fondatrice du Festival du Film Black de Montréal, Fabienne Colas.

Coup d'oeil sur cet article

En cette année où le mouvement Black Lives Matter a pris de l’ampleur et où les questions entourant la diversité culturelle ont continué d’alimenter les débats, la 16e édition du Festival International du Film Black de Montréal (FIFBM) tombe à point nommé. « C’est un festival qui est plus que jamais nécessaire », insiste la présidente et fondatrice de l’événement, Fabienne Colas.

Chaque année depuis 2005, le FIFBM propose aux cinéphiles montréalais une sélection de films qui abordent les réalités des communautés noires d’ici et d’ailleurs. Quand elle a fondé ce festival au milieu des années 2000, l’actrice et productrice Fabienne Colas était loin de se douter qu’il serait aussi pertinent 15 ans plus tard.

« À l’époque, il n’y avait pas de Black Lives Matter ou de #OscarsSoWhite (des Oscars si blancs), se souvient Mme Colas en entrevue au Journal. On dit souvent que notre festival est précurseur. Mais il y a 15 ans, ce n’était pas si simple de lancer ce genre d’événement. Aujourd’hui, on a la chance d’avoir un public très diversifié et curieux qui veut apprendre, découvrir et voyager. »

La 16e édition du FIFBM, qui débute mercredi soir, regroupe plus de 120 films en provenance d’une trentaine de pays. Pandémie oblige, c’est exclusivement en ligne que cette programmation sera offerte. 

« On est fébriles parce que c’est tout nouveau pour nous, cette façon de présenter un festival virtuellement, souligne Fabienne Colas. On va être tous en pyjamas pour regarder le film d’ouverture en ligne ! »

Diversité

La programmation ratisse large. Les problèmes de racisme seront bien entendu à l’ordre du jour dans la foulée du mouvement Black Lives Matter. Mais d’autres sujets comme la diversité culturelle, l’immigration, l’environnement et l’Alzheimer seront abordés à travers les différents films offerts en ligne.   

« Nous sommes dans une année charnière où il y a eu une prise de conscience collective sur les problèmes de racisme et sur la question de la diversité culturelle, observe Fabienne Colas. Le FIFBM joue un rôle important parce qu’il donne toute la place à des talents noirs devant et derrière la caméra et qu’il répond directement à toute cette préoccupation du mouvement Black Lives Matter. Cela dit, notre sélection n’aborde pas seulement des sujets sérieux. Il y a aussi des comédies et films pour toute la famille. »


Les festivaliers peuvent se procurer une passe au coût de 49 $ qui leur permettra de visionner tous les films de la sélection.