/opinion/columnists
Navigation

La situation est urgente ou pas?

Coronavirus - Covid-19
Photo capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

Hier, à QUB radio, ma conjointe, Sophie Durocher, a discuté du restaurant délinquant de Laval avec le restaurateur Vianney Godbout.

IL FAUT ÊTRE PLUS SÉVÈRE !

« C’est inacceptable, a-t-il dit. Nous traversons une période extrêmement difficile pour la restauration, nous devons tous nous plier à des règles strictes – masques et visières pour les employés, distance à respecter entre les tables, nombre limité de clients, etc. –, et pendant ce temps, des restaurants comme le Lordia nous font de la concurrence déloyale en se foutant éperdument des règlements ! 

« C’est sûr qu’un client qui n’est pas trop conscientisé va préférer aller dans ce genre de restos plutôt que dans un restaurant qui exige le port du masque et qui a installé des séparateurs de Plexiglas entre les tables !

« On est passé par la prévention et la sensibilisation, le temps est venu de recourir à la répression !

Il faut être sévère envers les établissements qui sont fautifs... »

AUCUNE LOGIQUE

Chaque mère et père de famille le sait : si tu veux que tes enfants respectent les règles de conduite que tu as édictées, 1) il doit y avoir des conséquences quand ils ne les respectent pas, 2) ces conséquences ne doivent pas changer selon la météo ou l’humeur des parents, et 3) les conséquences doivent être les mêmes pour tout le monde !

Sinon, c’est l’anarchie...

Or, dans le cas du restaurant Lordia, les policiers sont entrés dans l’établissement, ils ont vu que les règlements n’étaient pas respectés et que le party était pogné... et ils n’ont rien fait !

Coudonc, on prend la pandémie au sérieux ou pas ?

Après ça, on se demande pourquoi le taux de confiance de la population envers le gouvernement a chuté.

D’un côté, on nous dit que la situation est urgente.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

De l’autre, on ne distribue pas de contraventions à un restaurant fautif qui accepte que 200 personnes fassent la fête en se foutant des règles les plus élémentaires.

Tout en utilisant la manière forte contre un gars qui entre dans un Tim Horton’s sans masque.

Euh...

Elle est où, la logique ?

  • ÉCOUTEZ la chronique de Richard Martineau avec Mario Dumont à QUB radio:

AWÈYE À MAISON

Certes, François Legault n’est pas dans une position facile.

Il veut sévir sans passer pour le chef d’un État policier (ce qui amènerait de l’eau au moulin des conspirationnistes). 

Et il veut protéger la population sans créer une déprime collective en « envoyant tout le monde à la maison ».

Pour utiliser un perronisme, il est pris entre l’Arabe et l’écorce. 

Tout le monde comprend ça. Personne ne voudrait être dans les souliers du PM.

Cela dit, il faut être constant, conséquent et cohérent. 

Et établir des règles claires.

Or, ce n’est pas le cas. Monsieur et Madame Tout-le-monde ont l’impression – avec raison – que l’arbitraire règne. 

Fini le temps des « petites tapes sur les doigts ». 

Il faut maintenant sévir contre les délinquants et les récalcitrants avec toute la force de la loi. 

Et vous savez quoi, Monsieur Legault ? La population va être derrière vous !

Pourquoi je me retiendrais de prendre ma mère ou mes filles dans mes bras et de leur donner des bisous sur la joue si des tapons peuvent faire la bamboula à Laval sans être punis ?

Les mêmes règles pour tout le monde !