/finance/stockx
Navigation

Les titres de Transat et de Bombardier en pleine déconfiture

Coup d'oeil sur cet article

Deux joyaux de l’industrie aéronautique québécoise, Transat et Bombardier, ont atteint de nouveaux planchers en Bourse ces derniers jours.

L’action de Transat a clôturé mercredi à 3,92 $ à la Bourse de Toronto, en baisse de 1 %. Lundi, le titre avait atteint un creux de 3,80 $, un cours inédit depuis août 2012.

« Ce qu’on voit, c’est vraiment la réaction des investisseurs à l’incertitude liée à la transaction avec Air Canada », commente John Gradek, chargé de cours à l’Université McGill.

Rappelons qu’Air Canada s’est engagée, l’an dernier, à acheter Transat pour 18 $ par action.

Mais avec la pandémie, l’intérêt d’Air Canada pour Transat s’est évaporé. De plus, le Bureau de la concurrence a exprimé de fortes réserves sur la transaction alors que son homologue européen a décidé de mener un examen en profondeur du dossier.

Selon M. Gradek, Ottawa attendra que la Commission européenne tranche avant de montrer ses couleurs. Bruxelles se donne jusqu’au 12 décembre pour statuer.

Visiblement découragé, le plus important actionnaire de Transat, la firme montréalaise Letko Brosseau, a vendu une partie de ses intérêts dans l’entreprise à la fin août.

Comme si ce n’était pas assez, les liquidités de Transat commencent à s’épuiser. Or, elle a besoin du consentement d’Air Canada pour emprunter.

« C’est vraiment Air Canada qui a le contrôle de Transat », résume John Gradek.

Bombardier à 36 cents

Pour sa part, l’action de Bombardier a atteint mercredi un nouveau creux de 36 cents, ce qui porte la valeur boursière de l’entreprise à 863 M$.

Les investisseurs s’inquiètent du sort de la transaction de 500 M$ US visant la vente d’usines à la firme américaine Spirit AeroSystems.

Mardi, Spirit a indiqué que certaines conditions de clôture n’étaient toujours pas respectées et a rappelé que l’accord allait être résilié si le tout n’était pas réglé d’ici le 31 octobre.

Les deux entreprises ont toutefois assuré hier qu’elles travaillaient toujours à conclure la transaction.