/investigations
Navigation

Party à Laval: la police a bel et bien vu des infractions

Contrairement à ce qu’a affirmé la ministre Guilbault

Lordia
Photo Le Journal Un policier (casquette) discutant avec une personne ne portant pas de masque, samedi, au restaurant Lordia, de Laval. Aucun constat d’infraction n’a été remis.

Coup d'oeil sur cet article

La police de Laval a bel et bien été témoin d’infractions à la Loi sur la santé publique dans un restaurant bondé de Laval, samedi dernier, contrairement à ce qu’a affirmé mercredi la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault.

• À lire aussi: La police de Laval dépose une plainte contre le resto fautif

Des images tournées au Lordia par notre Bureau d’enquête ce soir-là montrent un agent en pleine conversation avec un homme debout qui ne porte pas de masque.

Il est pourtant interdit de circuler dans un endroit public intérieur sans masque.

Autour d’eux, plusieurs fêtards ne respectent pas non plus la distanciation physique de deux mètres entre eux (voir la photo ci-dessus).

Mercredi, pourtant, lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale, la ministre Guilbault assurait que les policiers n’avaient pas constaté d’infraction. 

En anglais, elle a affirmé que «les gens vaquaient calmement à leurs occupations et respectaient les règles», lors du passage des agents. Les personnes qui ont transgressé les règles l’ont fait «après le départ des policiers», a-t-elle ajouté.

Pour qu’il y ait intervention, a soutenu la ministre Guilbault, les policiers doivent eux-mêmes être témoins des infractions commises. Ce qui explique, toujours selon la ministre, pourquoi les agents n’ont pas distribué de constats d’infraction ce soir-là.

La ministre a même suggéré que notre journaliste aurait dû elle-même appeler la police pour dénoncer les infractions.

Le proprio avisé, dit la police

Mercredi, la lieutenante Geneviève Major, du Service de police de Laval (SPL), a affirmé à notre Bureau d’enquête que, lors de leur passage, les policiers ont avisé le propriétaire du restaurant qu’il devait se conformer aux mesures sanitaires de la Santé publique.

Ces règles comprennent notamment la distanciation des tables, la distanciation physique et le port du masque.

Au moment précis du passage des policiers, il n’y avait pas de danse, mais la distanciation physique et le port du masque n’étaient pas respectés, avons-nous constaté.

Selon l’agente Julie Marois, porte-parole aux communications, le SPL interprète le décret gouvernemental de la façon suivante: s’il y a collaboration du contrevenant lors de la première intervention, la police ne peut donner un constat d’infraction.

Le SPL affirme avoir l’intention de soumettre le cas du Lordia au Directeur des poursuites criminelles et pénales après la publication de notre reportage.