/news/politics
Navigation

Empiètement fédéral en santé: le ton monte entre Legault et Trudeau

Empiètement fédéral en santé: le ton monte entre Legault et Trudeau
CAPTURE D'ÉCRAN, TVA NOUVELLES

Coup d'oeil sur cet article

François Legault reproche à Justin Trudeau de vouloir s’ingérer dans les champs de compétences des provinces, notamment en santé, sous prétexte que le Québec a eu besoin des soldats canadiens pendant la première vague de la pandémie.  

• À lire aussi: Québec et les oppositions fustigent le discours du Trône, mais le NPD fait durer le suspense

• À lire aussi: Analyse: de belles promesses qui coûteront encore très cher

• À lire aussi: Discours à la nation: Trudeau en appelle à la solidarité des Canadiens

Le premier ministre québécois n’a pas apprécié une remarque de son homologue fédéral aux Communes jeudi. «Je regrette d’entendre le député de Louis-Saint-Laurent dire que le fédéral n’a pas sa place pour protéger nos aînés. Ce n’était pas l’opinion du premier ministre du Québec quand il nous a demandé d’envoyer les Forces armées pour aider, justement, les aînés dans les CHSLD», a lancé Justin Trudeau en réponse à une question du député conservateur Gérard Deltell.

En entrevue avec l’animateur Pierre Bruneau, sur les ondes de TVA, M. Legault n’a pas mâché ses mots pour fustiger le premier ministre du Canada. «M. Trudeau nous dit, parce qu’il a envoyé 1000 soldats pendant quelques mois, il se sent le droit de venir imposer des façons de faire», a-t-il pesté. 

  • ÉCOUTEZ La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio: 

De l’argent pour du personnel

«Ce qui nous manque actuellement dans le réseau de la santé, et en particulier dans les CHSLD, c’est du personnel. Et le personnel, ce sont des dépenses récurrentes, donc pas juste des dépenses cette année. M. Trudeau nous a aidés cette année, mais là, les 10 000 personnes qu’on ajoute dans les CHSLD, qui nous aide à les financer l’année prochaine?» a ajouté le premier ministre du Québec. 

Dans le discours du Trône présenté mercredi, Ottawa a pris divers engagements qui relèvent des champs de compétence provinciaux. Justin Trudeau souhaite notamment établir des normes nationales sur les soins aux aînés dans les établissements de soins de longue durée, en plus d’accélérer la cadence pour mettre en place un régime d’assurance-médicaments universel et de créer un réseau de garderies, comme celui qui existe déjà au Québec.    

  • ÉCOUTEZ la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:

Plus d’argent pour la santé

De plus, François Legault et ses homologues provinciaux et territoriaux ont déploré le silence d’Ottawa, dans son discours du Trône, sur leur demande de hausser les transferts canadiens en santé, au terme d’une rencontre téléphonique du Conseil de la fédération. Les premiers ministres exigent de faire passer de 22 % à 35 % la part des coûts assumés par le fédéral dans ce domaine.  

«M. Trudeau, au lieu de parler d’augmenter les transferts aux provinces, nous dit qu’il va intervenir dans les soins de longue durée, dans les médecins de famille, dans la santé mentale, qu’il va nous dire comment faire les choses. Écoutez, c’est un peu insultant», a lancé M. Legault sur les ondes de TVA.

Rappelons que le Justin Trudeau s'est engagé à avoir une discussion formelle sur les transferts en santé au courant de l'automne. Dans leur communiqué de jeudi, ses vis-à-vis l'ont d'ailleurs pressé de «confirmer une date».

En raison de la COVID-19, la rencontre annuelle du Conseil de la fédération s’est tenue par téléconférence cette année. François Legault, qui en assumera la présidence pour la prochaine année, a déjà fait de la question de la hausse des transferts en santé un de ses principaux chevaux de bataille.  

- Avec Émilie Bergeron, Agence QMI et TVA Nouvelles

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.