/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Coût d’une visite chez le dentiste: quel montant faut-il prévoir?

Coût d’une visite chez le dentiste: quel montant faut-il prévoir?
Unsplash | Pawel Czerwinski

Coup d'oeil sur cet article

Une visite chez le dentiste peut être drôlement effrayante, mais pas pour les raisons que vous croyez. Évidemment, pour certains, la source d’épouvante se trouve dans le fait de se faire jouer dans la bouche avec des outils pointus... mais pour quelqu’un qui ne profite pas d’assurance dentaire, la peur se situe surtout au niveau du porte-monnaie.

Lorsqu’un problème buccal survient, il serait mal avisé de remettre une visite éventuelle chez le dentiste, puisque les coûts peuvent rapidement monter. 

Il faut savoir que l’Association des chirurgiens dentistes du Québec (ACDQ) publie chaque année le Guide des tarifs et nomenclature des actes buccodentaires, mais les dentistes ne sont pas tenus de respecter ces suggestions tarifaires.

«Les dentistes sont libres de fixer leurs honoraires en toute autonomie, indique l’ACDQ sur son site. Il appartient à chaque dentiste d’évaluer l’état de santé buccodentaire de son patient et de lui présenter les honoraires liés aux traitements éventuels.» 

La santé buccale d’un patient n’est pas le seul critère pouvant faire osciller les prix. Une clinique ayant pignon sur rue à Montréal risque de charger plus cher qu’une clinique en région. 

Comment savoir si le prix chargé par votre dentiste est justifié? Voici les coûts normaux reliés aux procédures les plus fréquentes au Québec. 

Examen annuel et nettoyage  

Une simple visite pour un examen devrait coûter environ 80$, selon le Guide des tarifs et nomenclature des actes buccodentaires. Or, un examen annuel est presque toujours accompagné d’un nettoyage complet, d’un détartrage et d’une radiographie pour évaluer la présence potentielle de caries. Au total, cette visite annuelle peut donc grimper jusqu’à 250$.

Coût d’une visite chez le dentiste: quel montant faut-il prévoir?
Unsplash | Jonathan Borba

Plombage   

Le prix d’une obturation peut grimper en flèche, selon l’étendue de la carie et le matériau utilisé pour la réparer. Aujourd’hui, la plupart des obturations sont faites à partir de composite, un matériau d’une couleur très similaire à celle des dents. C’est aussi ce qu’on appelle un plombage blanc. 

Or, ce type de plombage coûte 45% plus cher que s’il est fait d’amalgame (plombage gris), un alliage de mercure, d’argent, de cuivre et de fer. Le prix dépendra également de la ou des dents à réparer et de l’endroit où la dent est cariée. 

Un plombage gris sur une molaire devrait coûter environ 75$, tandis qu’un plombage blanc sur la même molaire devrait coûter environ 130$. Bref, le prix d’une obturation peut varier entre 75$ et 300$. 

Traitement de canal   

Si le nerf d’une dent est touché par une infection, ce qu’on appelle une pulpite, le traitement de canal devient nécessaire. Le dentiste doit alors retirer la pulpe de la dent touchée avant de procéder à une obturation. Plus la dent touchée a de racines, plus le traitement est dispendieux. 

Un traitement de canal sur une molaire coûtera incidemment plus cher que s’il est fait sur une incisive. Le prix varie donc entre 485$ et 1050$. 

Extraction d’une dent  

Pour une simple extraction, la facture ne devrait pas monter à plus de 120$. Cependant, pour l’extraction d’une dent de sagesse, les dentistes chargeront habituellement entre 180$ et 400$.

En comparant le Guide des tarifs et nomenclature des actes buccodentaires du Québec à celui des autres provinces canadiennes, on constate que les traitements sont généralement moins chers ici que dans le reste du pays. 

Avis aux moldus: il est à peu près impossible de déchiffrer ce guide puisqu’il s’adresse aux dentistes en des codes bien précis.

Coût d’une visite chez le dentiste: quel montant faut-il prévoir?
Unsplash | Henrik Lagercrantz

Faire confiance aux étudiants  

Les prix présentés plus haut sont ceux des centres dentaires privés du Québec, mais il est possible de payer moins cher pour ces soins en faisant confiance aux étudiants. 

Les facultés de médecine dentaire offrent habituellement la possibilité au public de se faire soigner par des dentistes en devenir pour une fraction du prix normal. 

Par exemple, sur le site de la Faculté de médecine dentaire de l’UdeM, la clinique universitaire indique présentement être à la recherche de patients ayant besoin d’une extraction dentaire, d’une pose de prothèses complètes, d’un traitement de canal ou d’une couronne. 

Les cliniques universitaires chargent de 30% à 50% moins cher que les cliniques privées. Une bonne façon d'épargner quelques précieux dollars.

Coût d’une visite chez le dentiste: quel montant faut-il prévoir?
Unsplash | Yusuf Belek

Le projet de loi 29   

Lorsque nous visitons une clinique dentaire pour un simple nettoyage, nous payons les services de l’hygiéniste dentaire et du dentiste. Cela va toutefois changer très bientôt.

Le 24 septembre, le projet de loi 29, déposé par la ministre de la Justice, Sonia LeBel, a été officiellement adopté à l'Assemblée nationale du Québec. Cette loi devrait avoir un effet bénéfique sur les frais que nous payons chez le dentiste. 

«Quand on va chez le dentiste pour un simple nettoyage, la loi actuelle fait en sorte que l’hygiéniste dentaire doit travailler sous la direction d’un dentiste, explique Jean-François Lortie, président de l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec. Ça veut dire que même si vous n’avez pas de réparation à faire, vous payez quand même pour deux professionnels: l’hygiéniste et le dentiste. Le projet de loi 29 va donner l’autonomie à l’hygiéniste dentaire pour les services préventifs de base.»

Essentiellement, les patients pourront demander un rendez-vous avec un ou une hygiéniste dentaire et économiser environ 33% des coûts normaux, selon les chiffres publiés par la Fédération des hygiénistes dentaires du Québec. 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux