/news/society
Navigation

Hausse de la criminalité à Montréal

C’est la première fois en 30 ans que les crimes sont en augmentation sur le territoire de la métropole

FD-VOL-QUALIFIE-LIVREUR
Photo d’archives Le nombre de vols à main armée a augmenté de 6 % en 2019. Ici, la police arrêtait un suspect lié à un vol qualifié aux dépens d’un livreur de dépanneur en octobre.

Coup d'oeil sur cet article

Pour une rare fois depuis 30 ans, la criminalité a connu un regain considérable à Montréal en 2019.

C’est ce qui émane du dernier rapport annuel du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), rendu public vendredi.

Un total de 84 211 infractions criminelles ont nécessité l’intervention du SPVM en 2019, en hausse de 5,2 % par rapport à 2018.

Cette augmentation se fait surtout sentir dans la catégorie des crimes contre la personne, regroupant toutes les infractions avec violence.

Le SPVM en dénombrait 23 694 en 2019 sur son territoire, pour un bond de 15 % comparativement à l’année précédente.

Voies de fait et fraudes

Les policiers ont notamment observé une recrudescence des voies de fait (21,6 % de plus qu’en 2018), des tentatives de meurtre (15 %), des vols à main armée (6 %) et des agressions sexuelles (4 %).

Seuls les meurtres étaient en baisse dans cette catégorie en 2019, avec 25, comparativement aux 32 de l’année précédente.  

Parmi les crimes contre la propriété, on note une hausse marquée de 27 % du nombre de fraudes par rapport à 2018, alors que 9417 crimes de ce type ont été dénoncés aux policiers l’an passé. En 2015, le SPVM n’avait dénombré que 5790 infractions du genre.

Recrudescence de violence armée

Malgré la pandémie, la vague de tentatives de meurtre et d’actes de violence impliquant des armes à feu se poursuit à Montréal en 2020.

La mairesse Valérie Plante s’est dite « préoccupée » à la suite d’un échange d’une trentaine de coups de feu entre trois policiers et un criminel récidiviste dans le Vieux-Port de Montréal, durant la nuit du 13 septembre dernier. Un policier et l’accusé, Adam Pichette, y ont été blessés par balle.

Le SPVM dit mettre les bouchées doubles afin de freiner cette recrudescence de violence armée et d’appréhender les responsables.

Plus tôt cette semaine, la police annonçait la mise en accusation de 17 personnes au terme d’une enquête sur une tentative de meurtre commise en octobre 2019 dans le secteur de Côte-des-Neiges.

Malgré cela, la criminalité a fortement et constamment régressé à Montréal au cours des trois dernières décennies. À preuve, la police y enregistrait plus de 200 000 infractions criminelles en 1990, soit bien au-delà du double de celles répertoriées en 2019.

En bref

Octobre, le pire mois

Le mois d’octobre est celui durant lequel la police a enregistré le plus grand nombre d’infractions criminelles en 2019 à Montréal, avec un total de 7917. L’autre mois le plus chaud sur le plan de la criminalité est juillet (7865). Le plus « froid » ? Février, avec 5643 crimes.

Plus ou moins violents

Les policiers des postes de quartier 39 (Montréal-Nord), 38 (Le Plateau-Mont-Royal) et 48 (Mercier–Hochelaga-Maisonneuve) sont ceux ayant dû intervenir sur le plus grand nombre de crimes avec violence en 2019, avec respectivement 1617, 1482 et 1274

Alcool au volant

Les patrouilleurs ont arrêté 2096 automobilistes pour conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool ou la drogue. C’est non seulement une hausse de 10 % par rapport à 2018, mais ce nombre est aussi le plus élevé des cinq dernières années.

Constats d’infraction

Les cyclistes ont reçu le moins de constats d’infraction parmi les usagers du réseau routier montréalais, en 2019, avec un total de 8685. Les piétons ont écopé presque deux fois plus souvent qu’eux, soit 15 214. Les automobilistes accaparent encore la majeure partie des carnets de contraventions des policiers et des agents de stationnement de la Ville, ayant reçu 1 336 143 « tickets » en 2019.