/finance/business
Navigation

Le parc immobilier de Desjardins pourrait être allégé

Coup d'oeil sur cet article

En raison de l’augmentation du télétravail, le Mouvement Desjardins réévaluera la pertinence de l’ensemble de son parc immobilier au cours des prochains mois. Un «groupe de réflexion» a été mis sur pied.

• À lire aussi: L’hémorragie se poursuit à coup de centaines de millions de $

La coopérative a déjà annoncé à la majorité de ses travailleurs qu’ils n’allaient pas revenir au bureau avant janvier 2021. Actuellement, environ 80% des 47 800 employés travaillent de leur domicile.  

Récemment, le PDG, Guy Cormier, a indiqué dans le cadre de l’émission Mêlez-vous de vos affaires à QUB radio avoir mis sur pied un comité qui se penchera sur l’avenir des actifs immobiliers et des espaces loués, comme le siège social à Lévis, le Complexe Desjardins et les bureaux dans la tour du Stade olympique.  

«Je suis profondément convaincu que l’organisation du travail va évoluer après la COVID-19. Nous n’avons pas fait des investissements de cette ampleur sans vouloir apprendre», a indiqué le grand patron. 

M. Cormier planche sur la possibilité d’un «modèle hybride», soit un partage des journées entre la maison et le bureau. «Est-ce qu’on va revenir à une normalité comme avant la COVID-19? Moi, je n’y crois pas», tranche-t-il.  

Le groupe de réflexion analysera quatre volets, soit le télétravail, l’utilisation des pieds carrés, la transformation numérique et la télémédecine.  

La coopérative espère avoir les conclusions d’ici la fin de l’année. 

Desjardins n’a pas voulu révéler au Journal la valeur des actifs immobiliers qui seront analysés par ce comité. Cette réflexion ne touchera pas les caisses.  

L’avenir des caisses 

L’avenir des points de service sera davantage évalué par les CA de chaque établissement. Desjardins affirme qu’il est toutefois encore trop tôt pour connaître le nombre de points de service qui pourraient ne jamais rouvrir leurs portes. 

«La transformation des centres de service est toujours guidée par l’utilisation des membres», affirme le porte-parole Jean-Benoît Turcotti. «Cela va prendre encore quelque temps avant d’avoir un portrait global», poursuit-il. 

Actuellement, 87 points de services sont toujours fermés au Québec et en Ontario «pour différentes raisons», notamment ceux ne pouvant pas respecter les mesures de distanciation, sur un total de 861. À la fin 2019, il y en avait 872. 

– Avec la collaboration d’Yves Daoust