/sports/golf
Navigation

Légende bien vivante

Avec ses quelque 260 victoires en carrière, l’amateur André Gagné continue de jouer au golf par passion

Quebec
Photo Stevens LeBlanc André Leblanc est né à quelques pas du Club de Golf Royal Québec en 1944. Depuis 70 ans, il sillonne les allées d’un endroit qui est devenu sa deuxième demeure. Il réside à quelques secondes du club.

Coup d'oeil sur cet article

La réponse à la question vaut son pesant d’or. Elle diffère selon les répondants qui osent se mouiller. André Gagné, alias « Monsieur Golf », est-il le meilleur golfeur amateur de la longue histoire de ce sport au Québec ?

• À lire aussi: Animé par la passion

• À lire aussi: L’étoile de la côte de Boischatel

Rapidement, il peut s’agir d’une colle à propos de celui qui a toujours vécu aux portes du prestigieux Club de Golf Royal Québec. 

Selon les critères de sélection, l’homme de Boischatel aujourd’hui âgé de 76 ans serait le plus grand en vertu de sa longue feuille de route aux yeux de certains penseurs du milieu. D’autres le placent à égalité avec l’illustre Graham Cooke, tandis que certains accordent une longueur d’avance à l’Ontarien de naissance. 

Sur le parcours, tout dépend des victoires et des titres prestigieux, autant au Québec qu’à travers le pays. On y compte le championnat provincial, le Duc de Kent, l’Alexandre de Tunis, les championnats séniors et une ribambelle de compétitions primées selon les catégories. Gagné s’est imposé partout sans toutefois mettre la patte sur la prestigieuse triple couronne.

Très courte liste

La liste de candidats à l’obtention d’un titre aussi privilégié que celui de meilleur amateur du Québec est très courte. En cherchant dans sa mémoire d’éléphant, l’ancien président de Golf Québec Marcel-Paul Raymond en dénombre sept dans la sienne. Gagné et Cooke sont accompagnés de Mickey Batten, de Steve Davies, de Robby Jackson, de Pierre Archambault et de Marc Cousineau.

Une chose est certaine par contre, c’est qu’en vertu de ses quelque 260 victoires étalées sur six décennies, son implication dans toutes les sphères de son sport et ses connaissances, Gagné joue dans une classe à part avec Cooke. Réputé architecte de parcours, un chapeau qu’a aussi porté le Québécois, celui-ci a longtemps été son plus féroce adversaire sur les allées. Mais les deux hommes se rejoignent dans le livre d’histoire.

Maître chez lui

En posant la question au principal intéressé, on perçoit toute l’humilité, la classe et la sagesse du temps. 

« Si nous disions que je suis le meilleur amateur de la région de Québec, oui, ce serait le cas. Mais à l’échelle du Québec, c’est un peu trop gros, détermine-t-il. Graham a joué à l’échelle internationale. Il a gagné de grands championnats nationaux, dont l’un par une priorité de 18 coups. Je ne peux pas me comparer à lui. »

Membre du Temple de la Renommée de Golf Québec depuis 2016, Gagné n’a pas suivi le même parcours que Cooke. Cet Ontarien de naissance qui s’est ensuite établi dans la grande région de Montréal a connu du succès partout où il est passé sur les scènes amateurs au Canada, aux États-Unis et en Europe. 

Pour des raisons familiales et financières, le natif de Boischatel s’est surtout concentré à bien faire sa marque chez lui. Ce qui ne l’a pas empêché de bien faire ailleurs aussi, mais moins fréquemment. Il choisissait méticuleusement ses sorties.

Année mémorable

En 2003, « Monsieur Golf » a mérité les titres de golfeur sénior de l’année au Québec et de golfeur amateur au Canada au terme d’une saison où il avait raflé quasi tous les honneurs imaginables, dont le championnat sénior canadien. Il avait ravi le trophée au double champion défendant, un certain Graham Cooke, au Bally Haly Club de St. John’s, à Terre-Neuve. Ironiquement, Gagné a réussi ce tour de force sur un parcours figurant parmi les rénovations du réputé architecte. 

Dix-sept ans plus tard, les consécrations de cette saison mémorable sont encore aussi chères à son cœur. 

« C’était une excellente saison, bien au-delà de mes espérances. J’avais gagné partout », se rappelle celui qui chérit aussi ses 54 participations consécutives au Duc de Kent, soit de 1963 à 2016, gagnant au passage trois couronnes sur son terrain de jeu, en 1966, en 1975 et en 1979. 

Vive passion

Par sa ténacité et ses exploits, l’homme de fer de Boischatel s’inscrit parmi les légendes de son sport. Derrière les portes du Royal Québec, on dit qu’il est une véritable force de la nature. 

Encore cette saison, malgré son âge vénérable, Gagné s’est imposé parmi les jeunes loups dans les différentes compétitions internes. Il ne perd jamais une occasion d’aller taquiner la petite balle blanche, toujours aussi passionné par son sport après toutes ces années. 

Jamais il n’a songé à remiser ses bâtons dans les moments plus sombres et les passages à vide. « J’ai défié les démons du golf », se plaît-il à lâcher en conclusion d’une longue et généreuse entrevue avec Le Journal

Les dieux du golf ont bel et bien protégé cette légende vivante du golf amateur québécois.

Les grandes conquêtes 

Duc de Kent : 1966, 1975, 1979

Omnium du Québec: 1965, 1978

Championnat provincial match-play: 2003, 2004, 2005

Championnat provincial sénior: 2002, 2003, 2005, 2007

Championnat sénior canadien: 2003

Golfeur sénior de l’année au Québec: 2002, 2003, 2005

Golfeur amateur canadien: 2003