/sports
Navigation

Sport interscolaire: les déplacements en zone orange interdits

Coup d'oeil sur cet article

Les déplacements en zone orange ne sont plus permis selon la nouvelle directive du ministère de l’Éducation émise vendredi en début de soirée alors que toutes les écoles avaient déjà fermé leurs portes.

• À lire aussi: Un cas positif chez les Élans force l’annulation du match

La dernière directive de la lettre question-réponse du ministère de l’Éducation est plus contraignante que la précédente en ce qui concerne les déplacements en zone orange. 

On parlait de déplacements qui n’étaient pas suggérés, mais pas interdits jusqu’à vendredi, alors qu’ils ne sont plus permis. Pour le moment, le RSEQ préfère s’abstenir de tout commentaire.

Plusieurs zones grises

Les ligues provinciales au niveau scolaire pourront difficilement commencer leurs activités dans un tel contexte. Il n’est toutefois pas spécifié dans la nouvelle mouture si les déplacements pour deux équipes dans la même zone orange seront permis.

En raison de l’ouverture sur la clause 70 du docteur Horacio Arruda, jeudi, lors de son point de presse quotidien, plusieurs écoles avaient prévu des rencontres hors concours, samedi, avant même que les directions d’école ne reçoivent l’avis du ministère. 

Cette règle 70 tant décriée par les intervenants du milieu étudiant empêchait la tenue du sport interscolaire dès qu’un cas positif était signalé dans un établissement.

L’effet d’une éclosion

La règle 70 a disparu, mais la règle 77 prévoit l’arrêt du sport interscolaire dès qu’une éclosion se produit dans une école. Selon la définition de la Santé publique, une éclosion comporte deux cas. 

Il semble toutefois y avoir une certaine souplesse. Ce sont les organismes de la Santé publique régionale qui prennent le relais dans ces circonstances et ils évaluent la situation selon le profil épidémiologique avant de trancher.

Plusieurs parties hors concours étaient au programme, samedi. En Division 1 dans la catégorie juvénile, le Blizzard du Séminaire Saint-François (SSF) devait accueillir le Collège Charles-Lemoyne. 

Le Blizzard ne pouvait pas disputer le match prévu initialement à l’horaire puisque les Corsaires de Pointe-Lévy étaient en isolement. Antoine Grenon avait reçu le feu vert de la direction. 

« Les jeunes rêvent d’affronter quelqu’un d’autre », a résumé le responsable des sports au SSF et entraîneur-chef de la formation juvénile.