/entertainment/tv
Navigation

«Star Académie»: les auditions sont lancées!

«Star Académie»: les auditions sont lancées!
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

«C’est rien qu’un début»! Les auditions de Star Académie 2021, visant à recruter les 15 académiciens de la prochaine cohorte, ont été lancées vendredi matin, à Montréal, avec comme mots d’ordre la diversité, l’authenticité et la sécurité.

• À lire aussi: Star Académie: les profs sont prêts pour l’aventure

Il n’était pas encore 8h que le long autobus aux couleurs de Star Académie (avec ses panneaux de plexiglas à l’intérieur) était déjà garé aux abords du Fairmont Le Reine Elizabeth, attirant le regard des passants.

À l’intérieur comme à l’extérieur, chacun portait le masque et tous respectaient la distanciation de deux mètres dans leurs interactions, mais les protections anti-COVID n’empêchaient pas de ressentir la fébrilité dans l’air.

«Star Académie»: les auditions sont lancées!
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Contrairement aux auditions de Star Académie (ou de La Voix) tenues antérieurement, le rendez-vous de 2021 n’est pas ponctué d’interminables files d’attente ou de foules enthousiastes, mais le processus est rondement mené, entre remplissage de formulaires, lavages de mains fréquents et passage devant les juges. Comme le veulent les directives de la Santé publique, pas plus de 25 personnes à la fois se trouvent dans les salles d’attente avec leur numéro de participation épinglé sur leur chandail.

«Avant, on voulait qu’il y ait plein de gens qui attendent, a glissé Jean-Philippe Dion, producteur exécutif. Cette année, on ne veut pas que les gens attendent! On veut que les auditions aillent vite et que ça se passe bien. Et si l’évolution de la pandémie fait en sorte qu’on doive changer nos façons de faire, on a envisagé d’autres scénarios possibles.»

«Star Académie»: les auditions sont lancées!
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Pas de «recette»

La bonne humeur qui régnait vendredi était, bien sûr, rehaussée grâce à l’annonce, plus tôt cette semaine, des identités de l’animateur (Patrice Michaud) et du corps professoral (Lara Fabian, Ariane Moffatt, Gregory Charles, Mika, Anne Dorval, etc.) de ce Star Académie revampé, qui enseigneront les rudiments de leur métier aux participants.

«C’était stressant d’annoncer l’animateur et le corps professoral, mais les auditions, c’est encore plus excitant, a toutefois précisé Jean-Philippe Dion. On a beau avoir une belle académie et des profs extraordinaires, si on n’a pas le talent qu’on cherche en audition, Star Académie ne sera pas Star Académie. Ça nous prend 15 jeunes talents diversifiés, colorés, à l’image des communautés culturelles et d’où on en est comme société aujourd’hui.»

«Star Académie»: les auditions sont lancées!
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Tout au long de la tournée qui mènera l’équipe de Productions Déferlantes à Rimouski, à Moncton, à Québec, à Saguenay, à Sherbrooke, à Gatineau et à Montréal à nouveau en novembre, les aspirants académiciens se produiront devant les juges Marianne Boulet, productrice au contenu, Marie-Ève Riverin, chanteuse et coach vocale à La Voix, Rosalie Dumas, directrice du casting, et Luis Clavis, auteur-compositeur-interprète et membre de Valaire et Qualité Motel (qui portait fièrement un t-shirt à l’effigie de Marie-Élaine Thibert criant «Nous y étions, nous y serons!», vendredi).

Le trio a mentionné être à la recherche de «petits diamants bruts». Âgées de 16 à 30 ans, les perles en question qui tenteront leur chance aux auditions devraient miser sur l’authenticité, la polyvalence et l’originalité pour se démarquer, ont conseillé les trois professionnels. On souhaite aussi accorder une place importante aux auteurs-compositeurs dans cette nouvelle mouture, a-t-on réitéré, en ne cherchant surtout pas à se cantonner dans un style précis.

«Contrairement à ce qu’on peut penser, il n’y a pas de moule ou de recette Star Académie, a illustré Marianne Boulet. Il faut briser l’espèce de pensée qui veut qu’on cherche un prototype de candidat en particulier.»

«Au-delà du talent vocal et musical, on cherche aussi des gens qui ont soif d’apprendre, a ajouté la productrice. Star Académie est une école avant tout. On cherche des gens qui ont un grand potentiel, qui sont prêts à travailler fort.»

Alors que Luis Clavis estime que «l’authenticité finit toujours par perdurer», Marie-Ève Riverin, elle, suggère de ne pas chercher à épater la galerie à tout prix.

«Ils doivent choisir une chanson qui leur ressemble vraiment, sans essayer de nous impressionner. Juste de trouver la bonne chanson, qui nous représente bien, c’est un grand défi. On veut les rencontrer, eux, qu’ils s’amusent et restent eux-mêmes. On est là pour les accueillir dans tout ce qu’ils sont.»

Déjà des larmes!

Chose certaine, la ronde de rencontres de vendredi s’est rapidement révélée prometteuse. Avant que l’horloge n’affiche 10h, Jean-Philippe Dion s’était déjà introduit en douce dans l’une des salles d’audition et avait versé une larme devant la prestation de Marjolaine Morasse, 29 ans, de Longueuil, une auteure-compositrice qui a déjà lancé un EP il y a deux ans. L’artiste l’a jeté par terre avec l’une de ses compositions intitulée Prendre le nord. Marjolaine était accompagnée au piano de son ami Élie Dupuis (vu à La Voix en 2014), qui a lui aussi poussé la note devant les juges.

«Cette année, Star Académie s’enligne tellement pour mettre l’artiste, l’auteur-compositeur-interprète de l’avant, et moi, c’est ce qui m’a interpellée. Ça sera une école de terrain, où aller faire nos classes avec les meilleurs», s’est emballée Marjolaine Morasse.

On verra des extraits des auditions de Star Académie lors des deux émissions spéciales consacrées au stage préparatoire de l’aventure qui seront diffusées à TVA en janvier. Pour s’inscrire ou connaître d’autres détails sur le processus, on consulte le www.staracademie.ca.

Un vidéoclip pour Et c’est pas fini

L’équipe de Star Académie a profité du lancement des auditions pour dévoiler le vidéoclip de la chanson Et c’est pas fini – nouvelle génération sur les réseaux sociaux.

Réalisé par Sixteen Pads, le clip, tourné il y a deux semaines, réunit les voix (Alicia Moffet, Roxane Bruneau, Eli Rose, Sarahmée, Émile Bilodeau, Luis Clavis, Jérôme 50, Mike Clay) de la pièce de Stéphane Venne réarrangée à la sauce 2020.

Les jeunes artistes y déambulent en toute liberté dans le Vieux-Port de Montréal et jouent tous ensemble à la balle aki – distanciés comme il se doit! – sur le belvédère du Centre des sciences. «La scène du aki n’était même pas prévue. Émile avait son aki, on a commencé à jouer, ç’a été filmé et ça s’est retrouvé dans le vidéoclip», a raconté vendredi Alicia Moffet, grande adepte de Star Académie, qui était sur place pour encourager les candidats.

Les mots des aspirants-participants  

Alexandre Cadieux, 22 ans, de Saint-Jérôme: «Je fais juste chanter dans ma voiture depuis que j’ai mon permis! C’est mon petit moment de la journée. J’aime beaucoup Michael Bublé, Elvis Presley... Les chanteurs des vieilles années! Je vais d’ailleurs faire une chanson de Michael Bublé, Everything, à l’audition.»

Halimatou Keita, 30 ans, née au Sénégal et vivant à Montréal: «C’est la première fois que je chante en public. La chanson, c’est ce qui me déstresse quand j’ai des soucis. Je vais chanter la chanson Everything I do, I do it for you, selon la version de Brandy.»

Loic Pierre, alias Charlie, 30 ans, né à l’île de la Réunion et vivant à Montréal: «J’ai choisi hier soir La bohème de Charles Aznavour. J’ai vu les versions françaises de Star Académie, mais pas les versions québécoises. Je n’ai pas forcément d’attentes.»