/misc
Navigation

Trump n’a pas la recette magique pour l’économie

Le président américain Donald Trump
Photo AFP Le président américain Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

Selon une étude récente de Moody’s Analytics, l’argument économique en faveur de Donald Trump et des républicains ne tient pas la route.

Il se trouve encore des défenseurs de Donald Trump qui sont prêts à tolérer ses comportements erratiques et puérils, son narcissisme, ses mensonges, sa corruption, ses penchants autoritaires, l’échec retentissant de sa gestion de la pandémie et les torts sans précédent qu’il cause à l’image des États-Unis dans le monde car ils sont convaincus que l’économie américaine se porterait mieux sous sa gouverne que si Joe Biden et les démocrates l’emportaient. C’est loin d’être une certitude. Le contraire pourrait même être plus crédible.

En effet, peut-être à cause de la croyance qui persiste dans l’opinion, selon laquelle un homme d’affaires qui donne l’impression d’avoir réussi à accumuler des milliards de dollars doit connaître la recette magique de la prospérité, il se trouve encore un peu plus d’Américains qui ont davantage confiance en lui qu’en Joe Biden pour la gestion de l’économie. (Cet avantage de Trump concernant l’économie est toutefois mince et certains sondeurs le croient voué à disparaître.)

Une récente analyse de Moody’s Analytics, une firme privée indépendante qui n’est certes pas un nid de gauchistes, vient contredire cette perception. Sur la base des programmes des deux principaux candidats à la présidence et de leurs expériences de gouverne respectives, Moody’s estime au contraire que le meilleur scénario envisageable pour l’économie américaine serait une présidence Biden avec un Congrès entièrement contrôlé par des majorités démocrates à la Chambre des représentants et au Sénat.

Comme le montrent les deux graphiques ci-dessous, l’étude projette qu’une présidence Biden qui disposerait d’une majorité double au Congrès offrirait les meilleures perspectives de croissance du PIB et de l’emploi dans un horizon de 10 ans. Quatre scénarios sont envisagés. Du meilleur au pire, il s’agit d’une présidence Biden avec un Congrès démocrate, une présidence Biden avec un Congrès divisé, la poursuite de la situation actuelle et un balayage républicain. 

Graphique 1. Croissance projetée de l’économie et de l’emploi en fonction de quatre scénarios politiques

La clé, selon les auteurs de l’étude, serait la capacité d’une administration Biden flanquée d’un Congrès démocrate de mettre en place un programme de relance axé sur une participation accrue de l’État fédéral dans l’économie. Un élément clé de ce programme serait un influx massif de fonds publics pour la mise à niveau des infrastructures défaillantes du pays. Il est à noter que l’administration Trump avait promis, dans ce domaine, des avancées majeures qui n’ont jamais vraiment décollé, même quand l’économie se portait relativement bien, avant l’éclosion de la pandémie.

Ce qui étonne, à la lecture de cette analyse, est le virage dans la perception des macroéconomistes en ce qui concerne la capacité de l’État fédéral de soutenir un déficit important, dans la mesure où les nouvelles dépenses publiques pourraient à la fois stimuler la croissance à court terme et établir les bases d’une croissance soutenable à plus long terme.

Évidemment, Donald Trump continuera, d’ici au 3 novembre, de promettre monts et merveilles sur le plan économique, mais il n’est pas du tout clair que ses prétentions d’avoir la recette magique pour relancer l’économie américaine après la crise du coronavirus soient appuyées par une analyse sérieuse de son bilan et de son programme.