/sports/soccer/impact
Navigation

La glissade a assez duré

Le onze montréalais a perdu ses trois derniers matchs

Coup d'oeil sur cet article

L’Impact est sur une pente très glissante et va tenter de freiner la chute en visitant les Red Bulls de New York, dimanche soir.

Déjà, c’est étrange de l’écrire ainsi quand on sait que le Bleu-blanc-noir a disputé un match à domicile au Red Bull Arena, il y a une semaine.

Mais revenons à nos moutons. L’Impact traverse une séquence difficile avec trois défaites consécutives et quatre revers à ses cinq dernières rencontres.

« C’est difficile parce qu’on a voyagé beaucoup. Nous sommes fatigués avec tous les matchs qu’on a eus et on n’a pas un gros effectif », a concédé Victor Wanyama.

Retour

Alors qu’il devrait être question de cette confrontation face aux Taureaux, on se demande surtout si l’équipe aura la chance de revenir à Montréal après la rencontre puisque son prochain match n’est prévu que samedi prochain face au Fire de Chicago, au Red Bull Arena.

Et il semble que ça sera le cas, selon ce qu’a confié Samuel Piette au collègue Olivier Brett.

Thierry Henry, lui, avait laissé planer le doute lors de sa conférence de presse de vendredi. À moins que la décision ait été prise rapidement entre vendredi après-midi et samedi matin.

Il reste que l’équipe a quitté Montréal en direction de Vancouver le 12 septembre dernier et n’est revenue en ville que quelques heures, arrivant par un vol de nuit le 17 avant de se rendre au New Jersey, où elle se trouve depuis.

Décimé

Le rythme effréné du calendrier et les multiples voyages commencent à peser lourd sur l’équipe qui est en déficit de plusieurs soldats.

« Il nous manque du monde. Aujourd’hui on était un peu juste à l’entraînement », a indiqué Henry dans une visioconférence tenue vendredi.

Le pilote de l’Impact se voit donc dans l’obligation de jouer avec son alignement, mais il ne voit pas nécessairement les choses de cette façon.

« Je n’ai pas à jongler avec mon équipe, je dois seulement mettre les meilleurs éléments disponibles sur le terrain. » 

Sans Quioto

Henry devra minimalement revoir ses plans en attaque puisqu’il devra disputer un second match sans son attaquant Romell Quioto, suspendu pour un match de plus à la suite d’un carton rouge pour un coup de coude.

Quioto a purgé son premier match de suspension lors de la rencontre face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre, mercredi.

Henry reconnaît que la rapidité à laquelle les matchs reviennent complique passablement son travail.

« Il faut essayer de trouver un équilibre entre avoir une équipe cohérente et faire attention aux mecs qui sont blessés.

« Mais il faut essayer de ramener des points et arrêter cette spirale. Il faut persister dans la philosophie et ne pas perdre la structure. »

Autre élément important, Saphir Taïder (cuisse) a couru vendredi, mais son statut est loin d’être certain pour le match de dimanche soir.

Capacité

Après la rencontre face au Revolution, Henry a déploré le fait que son équipe n’avait pas voulu jouer au soccer. Il voulait surtout dire que ses hommes n’avaient pas donné leur pleine mesure.

« Ce que je n’ai pas aimé, c’est qu’on n’a pas essayé de jouer comme on en est capables. »

Les joueurs ont admis sans détour qu’ils n’avaient pas répondu présents comme ils auraient dû.

« Nous savons que les résultats n’ont pas été bons, alors on espère être en mesure de renverser la vapeur », a soutenu Wanyama.

Taureaux en transition  

Les Red Bulls de New York n’ont qu’un point d’avance sur l’Impact au classement de l’Association de l’Est, et pourtant, on dirait que presque tout les sépare.

Déjà, le Bleu-blanc-noir va jouer à l’étranger dans son domicile temporaire. Le genre de chose qui ne s’invente pas. Remarquez, on est dans le New Jersey, là où les Jets et les Giants de la NFL peuvent être visiteur ou receveur l’un contre l’autre, puisqu’ils partagent le MetLife Stadium.

Mais revenons aux Red Bulls. Autrefois une puissance dans l’Est, ils semblent être en quête d’identité, ou du moins en transition.

Les Taureaux viennent de remporter deux de leurs trois derniers matchs, mais ont traversé un désert de quatre parties sans victoire juste avant, ce qui a finalement eu raison du poste de Chris Armas. 

Pression

Thierry Henry, qui affrontera son ancienne équipe pour la première fois depuis qu’il a pris la barre de l’Impact, sait que le défi sera grand dimanche soir.

« Les Red Bulls, c’est une équipe qui presse vraiment bien. Ils ont marqué un but comme ça contre Miami. Ils récupèrent la balle assez haut et ils partent vite en contre.

« On sait exactement comment ils jouent et ce n’est pas évident de les gérer, surtout à la maison. »

C’est un style qui se rapproche de celui qu’Henry demande à ses hommes de pratiquer. Donc en principe, ça devrait faire un bon match pour les partisans.

Deux bulles

Dans un autre ordre d’idées, la situation sanitaire complique la vie à l’équipe en raison des restrictions en place.

Le fait qu’il y ait une bulle pour l’équipe professionnelle et une autre pour les moins de 23 ans complique la réadaptation des joueurs blessés, mais Thierry Henry a rappelé que ça ne devait pas être un obstacle.

« Lassi [Lappalainen] a eu à traverser une période sans jouer et il a marqué contre Vancouver, Bojan n’a pas joué longtemps et Maxi [Urruti] non plus. Karifa [Yao] n’a pas joué pendant presque un an. C’est à nous de les préparer. »

N’empêche que comme il y a peu de rotation dans l’effectif malgré la proximité des matchs, les joueurs de banc n’obtiennent pas beaucoup de minutes. En temps normal, ils pourraient faire des répétitions avec les moins de 23 ans, ce qui n’est pas possible actuellement. 

Nombreux blessés  

L’Impact est durement frappé par les blessures. On sait notamment que Saphir Taïder est un cas incertain pour la rencontre de dimanche soir.

Orji Okwonkwo, (ischio-jambier), Anthony Jackson-Hamel (genou), Steeven Saba (pied), Mathieu Choinière (cheville) et Ballou Tabla (adducteur) sont tous à l’infirmerie.

Certains d’entre eux sont avec l’équipe au New Jersey et d’autres sont restés à Montréal afin de poursuivre leur récupération.