/weekend
Navigation

L’album qui a propulsé Santana au sommet des palmarès

MEXICO-MUSIC-FESTIVAL-VIVE LATINO-SANTANA
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Propulsé par une prestation explosive au mythique festival Woodstock, Santana s’est retrouvé au sommet des palmarès avec son deuxième album, intitulé Abraxas. Un opus qui vient de fêter ses 50 ans et sur lequel on retrouve les Black Magic Woman, Oye Como Va et Samba Pa Ti.

Trois pièces phares du répertoire de la formation californienne basée à San Francisco et que le célèbre guitariste de 73 ans interprète toujours en spectacle.

Ce court disque de neuf chansons, totalisant 37 minutes, s’est vendu à 11 millions d’exemplaires et il a été numéro un en Australie et aux États-Unis. Il a atteint la deuxième place au Canada et la troisième en Norvège.

Abraxas se retrouve en 334e position du palmarès des meilleurs albums de tous les temps, publié par le magazine Rolling Stone, qui vient d’être mis à jour.

Enregistré au printemps 1970 aux Wally Heider Studios et Pacific Recording Studios, à San Francisco, l’album a été lancé le 23 septembre 1970. 

Santana avait lancé son premier disque quelques semaines après un passage mémorable et remarqué à Woodstock.

Métissage sonore

La formation était constituée de Carlos Santana à la guitare, Gregg Rolie à la voix et aux claviers, du bassiste David Brown, du batteur Michael Shrieve et des percussionnistes José Chepito Areas et Michael Carabello.

L’album éponyme Santana, paru en août 1969, avait bien lancé les choses avec les titres Jingo, Evil Ways et Soul Sacrifice et un mélange de rock, de blues, de salsa, accompagné par un parfum de psychédélisme.

Abraxas a permis à la formation américaine d’atteindre un sommet de popularité inégalé et de surfer sur une vague qui s’est poursuivie durant quelques années. 

Le groupe a ensuite vécu une série de changement de musiciens et il a exploré le jazz et des sonorités plus expérimentales sur les albums Caravanserai, Welcome et Borboletta.

Santana retrouvera le succès à la fin des années 1990 avec Supernatural qui s’est vendu à 30 millions d’exemplaires. 

Fleetwood Mac

Premier simple de l’album Abraxas, Black Magic Woman est une reprise d’une pièce de Fleetwood Mac, composée par le guitariste Peter Green.

La pièce avait été lancée sous forme de simple par Fleetwood Mac le 29 mars 1968. Santana a ajouté, à la fin de Black Magic Woman, une portion instrumentale intitulée Gypsy Queen, composée par le guitariste hongrois Gabor Szabo. Le titre a grimpé jusqu’en quatrième position des palmarès américain et canadien.

Oye Como Va, le deuxième simple, est une reprise d’une chanson du musicien portoricain Tito Puente, écrite en 1962. 

Lancée après la pièce Hope You’re Better, l’instrumentale Samba Pa Ti, quatrième simple de cet album, a été écrite par Carlos Santana. Il raconte avoir été inspiré par une mélodie jouée par un saxophoniste près de son appartement. 

Dans une entrevue au magazine Mojo, le guitariste né à Autlan, au Mexique, indique que Samba Pa Ti, une des favorites des fans de Santana, peut être considérée comme étant la première chanson venant vraiment de lui.

MEXICO-MUSIC-FESTIVAL-VIVE LATINO-SANTANA
Photo courtoisie