/weekend
Navigation

The Pineapple Thief: dans l’évolution et la continuité

The Pineapple Thief
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir traversé des années de doutes et de remises en question, la formation britannique The Pineapple Thief sent qu’elle a maintenant le vent dans les voiles. Et cet état d’esprit, il est présent sur son nouvel album studio.

Lancé vendredi, l’opus Versions of the Truth marque une évolution dans le son du quatuor art-rock, sans toutefois dénaturer ses fondations musicales.

Au bout du fil, le chanteur et guitariste Bruce Soord le confirme à nouveau. L’arrivée du batteur Gavin Harrison, ex-Porcupine Tree et membre de la nouvelle mouture de King Crimson, a changé les choses. 

«Son arrivée a changé notre façon d’écrire de la musique. Il a permis au groupe de prendre son envol», a-t-il indiqué.

«C’est notre 13e opus, mais j’ai l’impression que Versions of the Truth est notre véritable troisième album. C’est comme une nouvelle vie», a ajouté le musicien.

Le chanteur-guitariste insiste sur le fait que Gavin Harrison est un très bon partenaire d’écriture. Il existe une confiance mutuelle entre les deux individus. 

«Je lui fais parvenir une idée, une mélodie ou un refrain et il me revient avec ses commentaires. Il me dit ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas. On travaille à distance, mais c’est comme si nous étions en train d’essayer des choses dans la même pièce», a-t-il expliqué.

La vérité

L’arrivée du batteur, qualifié comme étant l’un des meilleurs de sa profession, a amené la formation, complétée par le bassiste Jon Sykes et le claviériste Steve Kitch, à élever son niveau de jeu.

Pour l’écriture des 11 chansons de l’opus Versions of the Truth, Bruce Soord n’avait pas de plan ou d’objectif précis devant lui.

«Le seul objectif que j’ai, c’est toujours d’essayer de faire le meilleur album possible», a-t-il fait savoir.

Versions of the Truth s’intéresse au concept de la vérité. Les chansons de l’album tournent autour de ce concept qui est malmené et qui est devenu une source de chaos et de conflit. 

«La vérité est souvent transformée. Les faits ne sont plus les mêmes, et c’est ce qui amène les gens à argumenter, à divorcer et à se battre. Et c’est plus vrai que jamais dans le monde dans lequel on vit. Surtout en ce moment», a-t-il laissé tomber.

Bruce Soord a écrit les premières chansons dans l’ère du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. 

«Le Brexit a déchiré mon pays. Ce débat a polarisé tout le pays. Les gens se retrouvent dans deux camps qui s’affrontent et il n’y a pas d’entre-deux possible. Tu es pour ou tu es contre, et chaque côté est convaincu d’avoir la vérité», a expliqué le chanteur et guitariste.

Pandémie

La COVID-19 a frappé au moment où The Pineapple Thief était en train de compléter son nouvel album. Gavin Harrison se préparait à partir sur la route avec King Crimson et la pandémie n’a pas eu d’impact néfaste sur la formation britannique.   

«J’ai mon studio à la maison. Je peux continuer d’écrire, d’enregistrer et de lancer de la musique. C’est différent, toutefois, pour les gens qui travaillent autour des spectacles. Je trouve ça terrible pour eux», a-t-il fait remarquer. 

Bruce Soord regarde l’avenir avec optimisme. The Pineapple Thief devrait reprendre la route en janvier avec une tournée européenne qui commencera à Istanbul, en Turquie.

«Je ne sais pas quand, mais il est certain que nous allons revenir en Amérique du Nord et au Québec. Notre dernière tournée sur votre continent a été un succès et c’est dans nos intentions», a indiqué le musicien.