/misc
Navigation

L’audace libérale

Throne Speech 20200923
Photo AFP Le premier ministre Justin Trudeau, lors du discours du trône, mercredi dernier.

Coup d'oeil sur cet article

En annonçant la fermeture du Parlement et un nouveau discours du trône, Justin Trudeau avait invoqué le besoin d’audace face à l’ampleur des défis posés par la COVID.

La crise est historique, tant au niveau sanitaire qu’économique. Les gouvernements n’ont pas le choix de sortir des sentiers battus.

Il faut en convenir, il aura fallu une certaine audace pour payer neuf millions de Canadiens 500 $ par semaine à rester chez eux, ou subventionner les salaires à la hauteur de 75 %.

Justin Trudeau, donc, nous promettait que la phase 2 serait tout aussi audacieuse.

Or, la seule audace qu’il a eue, c’est de prétendre qu’Ottawa saurait mieux protéger les aînés en perte d’autonomie et assurer un médecin de famille à chaque Canadien !

Au lieu d’offrir une vision claire, il a fait la démonstration que son gouvernement est en panne d’idées.

Slogans et recyclage

« L’heure n’est pas à l’austérité » gagnera certainement la palme des phrases creuses de ce discours du trône !

Le plan d’action pour les femmes pour une reprise « d’un point de vue féministe et intersectionnel » n’est pas en reste. 

La liste est longue. 

On a même eu droit à une « stratégie pour la résilience de la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie ». Et moi qui croyais que c’était l’essence de leur plateforme électorale de 2015 !

Garderies, internet haute vitesse, rénovation écoénergétique, stratégie de l’eau, voilà des promesses 1000 fois recyclées par les libéraux.

On reste avec la triste impression que Justin Trudeau nous offre de « rebâtir en mieux » avec du vieux, comme dans les téléréalités de rénovation domiciliaire.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Mais la COVID !

Dans les dernières semaines, le gouvernement Trudeau avait invoqué la menace de la deuxième vague pour tempérer les attentes.

Prolongement de la subvention salariale, bonification de l’aide aux entreprises, refonte de l’assurance-emploi sont certainement des mesures bienvenues. Tout comme le dernier contrat pour sécuriser 20 millions de doses supplémentaires d’un vaccin potentiel.

Disons qu’on demeure dans la continuité.

Mais qu’en est-il de LA chose qui ferait toute la différence en ce moment ? Accélérer l’approbation de tests de dépistage rapides ?  

L’audace a ses limites. Ce serait de l’ingérence politique dans la science, semble-t-il. Tant pis si le personnel médical des provinces croule sous la pression du dépistage.

Au moins, le gouvernement Trudeau a eu l’audace de la candeur.

« Le cours des événements déterminera le moment où le travail à accomplir devra se faire. »

Lire ici, ne retenez pas votre souffle.