/sports/baseball
Navigation

LBJEQ: les Diamants triomphent

Coup d'oeil sur cet article

Un simple de Jonathan Landry en septième manche a permis aux Diamants de Québec de remporter la finale de la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ) en vertu d’une troisième victoire contre les Ducs, cette fois au compte 6 à 5, dimanche à Longueuil.

Il s’agit d’ailleurs d’un quatrième championnat en sept saisons pour les Diamants.

«Je suis extrêmement fier de ce qu’ils ont accompli. Tout le mérite revient aux joueurs», a indiqué l’entraîneur-chef de l’équipe gagnante Dominik Walsh, peu après la victoire des siens.

«C’est un succès collectif. Ça part du [groupe d’entraîneurs] assurément», a ajouté Walsh en prenant soin de remercier ses acolytes depuis plusieurs années, Lambert Gaudreault et Alex Clavet.

«Ça part des joueurs, de la culture, de la façon de se comporter. Ils ont appris à gagner. Ils savent comment agir quand ça va bien et quand ça va mal. C’est ce qui fait la plus grosse différence. Quand on voit nos leaders après un moment plus difficile ou une défaite, ça se voit dans leur attitude qu’ils ont déjà gagné. Ils savent comment réagir et on l’a vu encore aujourd’hui [dimanche].»

Le club de la capitale nationale a remporté cette série 3-1.

Landry avait produit un premier point en première manche, encore une fois avec un simple bon pour un point. Ses coéquipiers Jean-Christophe Masson et Olivier Bovet l’ont imité, tandis que Joey Rousseau a frappé une longue balle en solo.

Emanuel Rochon Nunez a bien fait en relève, ne donnant qu’un coup sûr en quatre manches de travail.

Une saison différente

En raison de la COVID-19, les équipes de la LBJEQ ont dû s’adapter en fonction des directives de la Santé publique. Par exemple, même si les spectateurs étaient permis durant la grande majorité de l’année, les Ducs et les Diamants ont joué devant des gradins entièrement vides dans la dernière semaine.

«C’est une année tellement noire, tellement sombre pour tout le monde, que juste d’avoir cette petite parenthèse de couleur, de bonheur, pis de fierté, ça nous change les idées un petit peu, a expliqué Walsh. Les joueurs, dans quelques années, quand ils vont repenser à 2020, il va y avoir un peu de positif et ils vont pouvoir prendre ça avec un sourire en coin.»

La formation victorieuse a aussi dû trouver une façon originale de célébrer son championnat, puisque les joueurs et le personnel d’entraîneurs devaient respecter la distanciation sociale. C’est ce qu’ils ont fait. Les joueurs se sont mis à courir dans tous les sens sur le terrain afin de célébrer sans s’approcher les uns des autres.

«Le moment le plus le fun quand tu gagnes le championnat, c’est de célébrer avec tes proches. Ils sont toujours là pour toi, ils t’aiment quand ça va bien et quand ça va mal. De ne pas avoir la chance de célébrer sur le terrain avec eux c’est plus difficile. De ne pas avoir la chance de prendre les joueurs dans nos bras, se donner l’accolade, remplie de fierté, c’était différent», a mentionné Walsh, qui ajoute que cette célébration en a fait rigoler plus d’un.

L’équipe de la Capitale-Nationale pourra amplement célébrer avant de se tourner vers la prochaine saison de la LBJEQ, en 2021.