/entertainment/tv
Navigation

«TV Hebdo» souffle 60 bougies

Coup d'oeil sur cet article

En août 1960 apparaissait une nouvelle publication, qui allait devenir une véritable bible pour les amoureux de la télévision. Encore aujourd’hui, 60 ans plus tard, TV Hebdo demeure un outil incontournable pour les entichés du petit écran, et ce, malgré l’évolution technologique. Bilan du succès d’un magazine toujours fringant, et encore bien loin de la retraite. 

Un peu d’histoire

La toute première parution de TV Hebdo, arborant une photo de René Lévesque, est datée de la semaine du 19 au 26 août 1960. À l’époque, le téléviseur s’imposait chez un nombre grandissant de Québécois, et les Éditions Cousin avaient voulu créer, pour la population francophone, une revue de qualité avec un format pratique, pour renseigner les téléspectateurs sur l’univers de la télévision et fournir un horaire détaillé des chaînes disponibles dans la province.

Le plus vendu

Vous croyez le TV Hebdo dépassé, à l’heure où l'on trouve toutes les réponses sur le web? Détrompez-vous: TV Hebdo est encore le magazine le plus vendu au Québec, en comptant les abonnements, toujours extrêmement fidèles, affirme Sophie Dalpé-Laflamme, sa directrice de publication. «Je travaille au TV Hebdo depuis 15 ans, et la question qu’on me pose toujours, c’est: "Voyons, ça existe encore?" a relaté Sophie Dalpé-Laflamme. Je pense que, ce qui fait que ça existe encore, c’est qu’on s’est transformés avec le temps. On est devenus un magazine télé, plus que juste un horaire télé. Tous les magazines parlent de télé, mais personne n’en parle autant, et avec autant de précision dans les intrigues, avec des entrevues qui ne parlent que de télé. Je pense que c’est ce qui fait qu’on est encore vivants après 60 ans. Les désabonnements sont extrêmement rares. La mort du TV Hebdo a été annoncée souvent, mais on est toujours là, on a su se réinventer, et les gens sont souvent fidèles de génération en génération.»

Contenu d’ici

Les Québécois sont très attachés à «leur» télévision, et TV Hebdo reflète cette préférence. Les productions d’ici et les grands titres internationaux traduits en français ont priorité à l’intérieur du guide, et moins de 10% de son contenu, environ, est axé sur la télévision étrangère et les tendances anglophones. TV Hebdo ne recense même plus les résultats de la cérémonie des Oscars, parce que les cotes d’écoute de l’événement au Québec sont plutôt basses, spécifie Sophie Dalpé-Laflamme. «On parle de toutes les émissions, tous réseaux confondus. On regarde ce qui est le plus populaire. On se fie beaucoup aux palmarès de Numeris. On veut s’adresser au plus de gens possible.»

Cure de jouvence

À la fin de l’été, pour marquer ses six décennies d’existence, TV Hebdo s’est offert une cure de jouvence. Son emballage graphique a été complètement revampé, avec une attention particulière apportée à la section «Pendant la pause», consacrée à la santé et au bien-être. Quant à la nouvelle chronique Voyage dans le temps, signée par le journaliste Steve Martin, elle vise à faire jaillir les souvenirs. «On fait un arrêt sur image sur une période donnée, a indiqué Sophie Dalpé-Laflamme. Par exemple, qu’est-ce qui a marqué la télé à l’automne 1986? On ressort des pages couvertures marquantes. Ce sont huit pages par semaine, pour satisfaire la nostalgie de nos lecteurs.» On peut y évoquer, par exemple, selon l’année, les débuts de Lance et compte, du Temps d’une paix ou des Dames de cœur.

Faits amusants

- Une moyenne de 3120 éditions de TV Hebdo ont été imprimées en 60 ans

- À sa naissance, un exemplaire de TV Hebdo coûtait 15 sous, et un abonnement d’un an se détaillait à 7$. Aujourd’hui, il coûte 3,35$ l’unité, et un abonnement annuel se chiffre à 89,95$

- C’est une petite brique de 260 pages (dont 140 à contenu éditorial) que les adeptes de TV Hebdo se mettent aujourd’hui sous la dent chaque semaine

- Au gré des ans, des personnalités comme Richard Martineau, René Homier-Roy, Thérèse Parisien, Guy Fournier, Pierre Marchand, Hélène Pedneault et Victor-Lévy Beaulieu ont été chroniqueurs à TV Hebdo