/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Céline ne nous appartient pas

0418 WE - céline
Photo Annie T. Roussel

Coup d'oeil sur cet article

Depuis vendredi, j’ai écouté je ne sais pas combien de fois la bande-annonce d’Aline, le film que l’humoriste et réalisatrice française Valérie Lemercier consacre à Céline Dion.

J’ai des frissons à chaque fois, ça a tellement l’air bon !

Mais quand j’ai lu que la réalisatrice voulait « rassurer » les Québécois pour leur dire qu’elle n’égratignait pas Céline dans son film, je me suis demandé pourquoi elle marchait à ce point sur des œufs.

Sommes-nous à ce point susceptibles qu’on ne pourrait accepter qu’un artiste émette le moindre bémol face à « notre » Céline ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

NE LE PRENONS PAS PERSONNEL

Dans toutes les entrevues, Valérie Lemercier prend la peine de préciser que son film est un hommage et pas un pastiche, que c’est respectueux et pas caricatural. C’est fou quand même ! Comme si Céline Dion était une intouchable, sur un piédestal, que personne ne peut froisser sans se mettre à dos huit millions de concitoyens.

Déjà quand l’affiche du film avait été divulguée et que des premières images du film avait été présentées, on avait senti que certains fans étaient mal à l’aise avec le film Aline.

Qu’est-ce qui chicotait tant ? Le fait que ce soit une Française qui incarne une diva québécoise ? Désolée, mais c’est ça le propre d’une actrice, d’un acteur. Les comédiens de District 31 ne sont pas des policiers non plus.

Si les comédiens ne peuvent jouer qu’un personnage de la même nationalité qu’eux, pourquoi personne ne s’est offusqué que Sylvain Marcel, qui joue le rôle de René Angelil, ne soit pas d’origine syrienne, libanaise et canadienne ?

Certains fans ont aussi été agacés par le fait que Valérie Lemercier n’avait pas un « vrai » accent québécois. Bon, il faudrait se brancher !

Quand Marion Cotillard pratiquait un accent québécois énorme dans le film Rock’n Roll de Guillaume Canet, elle s’est fait ridiculiser parce que son accent était trop accentué. (Et parce qu’elle s’exprimait à coup de « maudit mangeux de marde » et de « j’tombe su’l cul »).

Valérie Lemercier a décidé de minimiser l’accent et de n’utiliser aucun « tabarnac » et aucun « calisse » ... et il y a des gens pour chialer ? Coudonc, branchez-vous !

À écouter et lire certains commentaires, on a l’impression que personne à part des Québécois ne peut incarner des Québécois, ne peut commenter la situation au Québec, ne peut faire de reportages sur le Québec.

Vous vous rappelez le tollé quand un journaliste du Elle France avait décrit Ricardo Larivée comme un « gentleman trappeur » ? Imaginez si les Italiens se mettaient à péter les plombs chaque fois qu’un comédien quelque part sur la planète imite l’accent italien en parlant avec les mains !

LA REINE DE L’AUTODÉRISION

Céline Dion est une fierté nationale. Mais elle ne nous appartient pas.

Et si un jour, un réalisateur ou une romancière décide de faire un film ou d’écrire un livre qui serait ravageur ou simplement critique de la diva de Charlemagne, j’espère qu’on aura, collectivement, la maturité nécessaire pour ne pas en faire une crise nationale.

Et puis, vous savez quoi ? Qui est la personne qui se moque le plus de Céline ?

C’est Céline elle-même !