/news/politics
Navigation

La Ville de Québec met fin à ses placements publicitaires à CHOI Radio X

La Ville de Québec met fin à ses placements publicitaires à CHOI Radio X
Photo d'archives, ANNIE T. ROUSSEL

Coup d'oeil sur cet article

Considérant que «le comportement des propriétaires de cette station de radio constitue un danger pour la santé publique et le bien-être des citoyens de Québec», la Ville de Québec a choisi de mettre fin à ses placements publicitaires sur les ondes de CHOI Radio X.

• À lire aussi: CHOI Radio X refuse de diffuser une pub du gouvernement visant les complotistes

La Ville de Québec a fait cette annonce-choc par voie de communiqué lundi matin, à l'aube du passage de la région dans la zone d'alerte maximale rouge, dans la pandémie de COVID-19. 

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:  

Les investissements actuels en publicité s'élèvent à 9000$. «Deux campagnes publicitaires de la Ville de Québec étaient en cours sur les ondes de CHOI Radio X, soit celles sur la sécurité routière et le réseau structurant de transport en commun», a indiqué le porte-parole de la Ville, David O'Brien.

La municipalité justifie sa décision par le fait que «CHOI fait la promotion de l’opposition aux mesures sanitaires durant cette période de grave pandémie».

«Sous le couvert de l’idée de la liberté d’opinion, cette organisation valorise les idées s’opposant aux mesures sanitaires», écrit-on.

Cela sape les efforts de ceux qui veulent contrer la propagation de la maladie, estime la Ville, soulignant qu’elle «doit investir des millions de dollars depuis des mois pour contrer les effets dévastateurs de cette pandémie sur l’économie locale et continuer à donner des services de qualité à sa population. Elle devra poursuivre cet effort avec l’arrivée de la deuxième vague».

Les gouvernements également investissent des milliards de dollars pour contrer la pandémie, poursuit-elle.  

«Dans tous les cas, ces investissements sont supportés par les contribuables de la ville, du Québec et du Canada. De plus, soulignons que des milliers de citoyens se mettent à risque au quotidien dans le réseau de la santé pour soigner des citoyens aux prises avec la COVID.»

La Ville a par ailleurs réactivé sa cellule de crise, apprend-on, en raison de l'augmentation constante des cas à Québec. «Pour cette raison, la Ville de Québec ne peut absolument pas endosser, par sa participation publicitaire et financière, le comportement des propriétaires de CHOI. Ce comportement est de nature à augmenter le niveau de contamination actuel qui a un impact majeur sur la santé publique et sur l'économie locale.»

Appui tacite de Gosselin

Le chef de l'opposition à l'Hôtel de Ville, Jean-François Gosselin, a réagi en évitant de mentionner CHOI, mais en soulignant que nous entrons dans une phase critique de la pandémie. Il ne s'oppose pas à la décision de l'administration municipale. «La situation actuelle est trop importante, et la seule chose qui nous importe, est la santé et la sécurité de nos citoyens», a-t-il commenté dans un communiqué transmis en mi-journée.

«Il faut faire la guerre au virus. C’est le moment d’être solidaire et de suivre les recommandations de la Santé publique. Personne ne veut être responsable d’une détérioration de la situation qui, à terme, peut avoir des impacts importants sur nos proches et qui en aura certainement sur notre économie. Soyons sensibles à l’endroit de ceux qui nous entourent et continuons de travailler de sorte que le plus grand nombre de citoyens demeurent informés». 

Il n'a pas été possible, lundi matin, de joindre la direction de la station.