/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

«Allez donc dans un champ de patates!» lance la mairesse aux antimasques

Coup d'oeil sur cet article

Les manifestants antimasques ne sont pas les bienvenus à Montréal. Alors que le gouvernement Legault a annoncé lundi que tous les individus qui participent à des manifestations au Québec devront porter un couvre-visage, les «antimasques», eux, pourraient vouloir contester cette mesure, et possiblement l’ignorer lors de leurs prochains rassemblements.

• À lire aussi - COVID-19: une moyenne de 240 cas par jour à Montréal

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

De quelle façon les policiers devront-ils intervenir auprès des récalcitrants? La mairesse de Montréal a dit attendre le décret gouvernemental, mais a fait savoir, lors d’un point de presse de la Santé publique, mardi, que les antimasques n’étaient pas les bienvenus dans la métropole.   

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

«Je ne peux pas accepter qu’il y ait des manifestants antimasques qui viennent à Montréal. Là, on a été plus durement touchés! En plus, qu’ils veulent venir dans un quartier, dans le coin de Saint-Michel–Parc-Extension, où les gens sont le plus durement touchés. S’ils veulent aller manifester dans un champ de patates, c’est leur affaire!» a déclaré Valérie Plante avec émotion. 

Elle a souligné le fait que les Montréalais étaient unis pendant cette crise.  

  • Écoutez le gériatre David Lussier avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

«À Montréal, on n’est pas comme ça, on se tient, on est solidaires! Je ne peux pas accepter, comme mairesse, que des gens, pour différentes raisons, viennent mettre la santé de notre population en danger. Définitivement, mon message c’est: allez donc dans un champ de patates!»

En août dernier, le Service de police de Montréal (SPVM) avait été montré du doigt parce que les policiers n’étaient pas intervenus lors d’une manifestation antimasque. À Québec, en juillet, les policiers du SPVQ avaient également évité d’intervenir. 

Dans les deux cas, les corps policiers ont jugé qu’il aurait été plus risqué d’intervenir que de ne pas le faire.

  • Écoutez la chronique de François Lambert avec Geneviève Pettersen sur QUB radio:

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.