/finance/business
Navigation

Baisse de 2,2 G$ de la valeur des placements dans les entreprises

La pandémie a eu pour conséquence un des pires rendements de l’histoire d’IQ

GEN-FITZGIBBON
Capture d'écran, TVA Nouvelles Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon (à droite), en compagnie du grand patron d’Investissement Québec, Guy LeBlanc.

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie et les écueils du programme d’avions Airbus A220 ont fait dégringoler de 2,2 milliards $ la valeur des investissements du gouvernement dans des entreprises québécoises, un résultat sans précédent.

• À lire aussi: Indemnité de départ de 425 000 $ à un vice-président d’IQ

Au Fonds du développement économique, qui relève du ministère de l’Économie, les pertes dépassaient 1,8 milliard de dollars en date du 31 mars. 

De cette somme, 1 milliard $ est attribuable à l’A220, dont la valeur est maintenant de moins de 300 millions de dollars.

Le programme d’avions, dans lequel Québec a investi 1,3 milliard de dollars en 2016, connaissait déjà des difficultés avant l’éclatement de la crise sanitaire, et la pandémie n’a fait qu’empirer les choses.

Le trou de 1,8 milliard de dollars creusera le déficit du gouvernement, qui explose déjà à cause des conséquences du coronavirus.

Du côté d’Investissement Québec (IQ), les provisions pour pertes et les baisses de valeur totalisaient 349 millions $ au 31 mars, indique le rapport annuel de l’organisme, déposé mardi à l’Assemblée nationale.

Pertes effacées en partie

« En date d’aujourd’hui, on a récupéré la plupart des baisses de valeur qui avaient été comptabilisées au 31 mars », a tenu à préciser le PDG d’IQ, Guy LeBlanc. Rappelons que les marchés boursiers ont fortement remonté depuis la chute brutale enregistrée en mars.

En revanche, les provisions pour pertes, qui se chiffrent à 228 millions $, ne disparaîtront pas aussi facilement.

« On se doit de maintenir le niveau des provisions parce qu’on ne sait pas ce que nous réservent les prochains mois et les prochaines années », a expliqué M. LeBlanc.

Rendement de -5,1 %

Investissement Québec a terminé l’exercice 2019-2020 avec une perte nette de 180 millions $ sur des revenus de 749 millions $. 

Le rendement s’est établi à -5,1 %, l’un des pires enregistrés dans l’histoire récente de l’institution.

« N’eût été la crise de la COVID-19, le résultat 2019-2020 aurait été positif et conforme à notre cible de [profits] de 163 millions $ », a insisté Guy LeBlanc, en notant que sur trois ans, le rendement d’IQ « se maintient à 3 %, en adéquation avec la cible fixée par le gouvernement ».

En 2018-2019, IQ avait enregistré un rendement de 8,8 % grâce notamment à la très payante entrée en Bourse de la techno montréalaise Lightspeed. 

En dépit de la récente réforme menée par le ministre Pierre Fitzgibbon, IQ a réalisé moins d’interventions financières en 2019-2020 que l’année précédente. Celles-ci se sont chiffrées à 1,5 milliard $, en légère baisse, tandis que la valeur des projets financés a diminué de 7,3 % pour atteindre 6,4 milliards $.

Les retombées économiques attribuables à IQ ont reculé, passant de 2 milliards $ à 1,9 milliard $, tout comme le nombre d’emplois soutenus, évalué à 19 875, en baisse de 1424.

Investissement Québec a toutefois connu une année record en matière de prospection d’investissements étrangers, ayant attiré 86 projets d’une valeur globale de 2,9 milliards de dollars.

Des bilans à l’encre rouge  

Investissement Québec  

  • Provisions pour pertes: 228 M$  
  • Baisses de valeur: 121 M$  
  • Total: 349 M$

Fonds du développement économique  

  • Provisions pour pertes: 603 M$  
  • Dévaluation du placement dans l’A220: 1 milliard $  
  • Moins-value durable sur actifs financiers: 191 M$  
  • Total: 1,8 milliard $