/sports/fighting
Navigation

Le promoteur Yan Pellerin interrogé à propos des motards

Coup d'oeil sur cet article

Le promoteur de sports de combat Yan Pellerin a dû encaisser un barrage de questions, mardi, sur ses relations avec les Hells Angels et sur ce qu’il pense de la bande de motards.

• À lire aussi: Un ex-proche des Hells veut organiser des galas de boxe

« Ce sont des citoyens et ils peuvent aller n’importe où, au cinéma, aux matchs du Canadien ou à un gala de boxe. Ce n’est pas de mes affaires », a-t-il témoigné à propos des Hells devant la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), qui doit décider si Pellerin et sa firme New Era Fighting & Promotion obtiendront ou non une licence leur permettant d’organiser des galas.

L’athlète originaire de Granby a dit n’avoir éprouvé « aucun malaise » en voyant plusieurs membres des Hells Angels assis aux premières loges à un gala de boxe qu’il a aidé à mettre sur pied, au centre Pierre-Charbonneau à Montréal, il y a un an.

« Je ne leur ai pas parlé. Je peux dire que j’en ai reconnu un, parce qu’on l’a vu souvent dans les médias », a déclaré Pellerin, qui est lui-même boxeur, sans identifier le motard en question.

Ce gala avait été organisé par le Groupe GYM et son dirigeant, le promoteur Yvon Michel, qui a d’ailleurs dû se défendre de tout lien avec le crime organisé devant la RACJ, l’hiver dernier. 

Yan Pellerin a dit avoir beaucoup appris en travaillant avec Yvon Michel, qu’il a appelé son « mentor » et dont il veut suivre les traces.

Voyage au Brésil

L’homme d’affaires de 40 ans a aussi été interrogé sur un voyage qu’il a fait au Brésil en compagnie du Hells Angel Steve Duquette, en février 2009, deux mois avant l’arrestation de ce dernier dans l’opération SharQc.

Il a expliqué qu’il s’entraînait avec Duquette à l’époque et que le voyage visait à perfectionner leur maîtrise des arts martiaux. Depuis, il n’a pas revu Duquette, qui a été condamné à une peine de 12 ans pour complot de meurtre.

Pellerin a également reconnu que l’année précédente, il a participé à un combat dans un complexe sportif de Sherbrooke qui appartenait aux frères Christian et Stéphane Ménard, deux autres membres des Hells Angels. « Je le dis depuis le début : dites-moi ce que vous voulez et je vais le faire », a répété le promoteur aux juges administratifs de la RACJ, en ajoutant qu’il n’entretient plus de liens avec les motards.       

Ce fils d’un ex-policier avait fondé New Era Fighting avec l’homme fort bien connu Hugo Girard, mais son ex-associé n’est plus coactionnaire de la firme, selon Pellerin.

L’audition du dossier se poursuivra mercredi, au palais de justice de Montréal.