/news/politics
Navigation

Prestations de relance économique: le projet de loi adopté

Coup d'oeil sur cet article

Le projet de loi sur les prestations de relance économique (PCRE) devant donner suite à la PCU a été adopté par la Chambre des communes, mercredi au petit matin, après que le gouvernement libéral eut décidé la veille d’écourter le temps imparti aux débats parlementaires.

• À lire aussi: Les libéraux veulent limiter le temps de débat sur les prestations post-PCU

Le premier ministre Justin Trudeau a dû défendre, mardi, le choix de son gouvernement d’écourter le temps des débats parlementaires pour adopter à toute vapeur le projet de loi C-4.

«On fait face à une pandémie sans précédent, une crise qui exige que tout le monde travaille ensemble et, depuis le printemps, c’est exactement ce qu’on a fait. En tant que parlementaires, on a travaillé avec tous les différents partis pour livrer un programme ambitieux pour aider les Canadiens», a offert le chef libéral durant la période de questions aux Communes.

Le leader parlementaire des conservateurs, Gérard Deltell, lui a rétorqué qu’il devrait s’inspirer de l’ex-premier ministre britannique Winston Churchill. Sur Twitter, l’ex-député libéral et lieutenant-général à la retraite, Andrew Leslie, a affirmé que ni M. Churchill ni son homologue canadien de l’époque, William Mackenzie King, n’ont écourté les débats parlementaires durant la Deuxième Guerre mondiale.

«C’est dommage de voir les conservateurs jouer à de la petite politique pendant que les Canadiens ont besoin d’aide», a riposté M. Trudeau.

Les libéraux ont gardé le cap sur leur proposition de limiter à quatre heures et demie l’étude du projet de loi C-4 sur la création des PCRE de 500 $ par semaine, au grand dam des partis d’opposition. Le chef bloquiste Yves-François Blanchet avait qualifié, lundi, la tactique de «baillon» qui équivaut à une «insulte à la démocratie».

Mardi, les troupes de M. Trudeau ont passé une motion de clôture pour forcer les discussions sur la limitation de temps à se clore au plus tard à 20 h. Un vote a eu lieu pour officiellement restreindre le temps alloué à l’étude du projet de loi, suivi d’un autre vote, au petit matin, sur le C-4 à proprement parler.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a indiqué qu’il appuyait la limitation de débats à contrecœur, plaidant l’urgence d’offrir un soutien continu aux prestataires pour qui la PCU s’est terminée dimanche dernier.

Néo-démocrates et libéraux se sont entendus sur des changements à la mesure législative afin de permettre, notamment, une plus grande accessibilité à des congés de maladie payés. Le projet de loi C-4 a été ainsi adopté par la Chambre au petit matin. Les bloquistes ont appuyé aussi la mesures. Le député conservateur Pierre Poilievre a de son côté signalé que son parti était en faveur des PCRE.

Malgré le faible degré d’incertitude associé à l’adoption du C-4, le leader parlementaire libéral Pablo Rodriguez a signalé que le vote sur la mesure législative constituait un vote de confiance.

«Les Canadiens ne peuvent plus attendre. On doit avancer», a-t-il tenu à ajouter sur Twitter.

Le gouvernement Trudeau souhaitait que le C-4 devienne force de loi avant fin de la journée de mercredi, puisque c’est à ce moment que doit prendre fin le pouvoir extraordinaire de dépenser du fédéral en temps de pandémie. Une portion du projet de loi repousse cette échéance au 31 décembre.

Rappelons que les libéraux ont prorogé le Parlement, en août, ce qui a repoussé à la fin septembre le dépôt et l'adoption d'un projet de loi pour mettre sur pied des prestations post-PCU.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.