/news/consumer
Navigation

Fermeture en zone rouge: une décision terrible pour les restaurateurs

Philippe Demers
Photo Clara Loiseau

Coup d'oeil sur cet article

Même si la nouvelle fermeture des salles à manger des restaurants ne surprend pas les propriétaires, la décision du gouvernement est un choc.

• À lire aussi: Nouvelles restrictions en zone rouge: ils pensaient avoir tout fait pour éviter une autre fermeture

• À lire aussi: Encore des sacrifices pour 5 millions de Québécois

• À lire aussi: Zone rouge: permis ou interdit? Ouvert ou fermé?

«C’est une nouvelle terrible, même si c’était prévisible, on ne pensait pas retourner aux mêmes mesures qu’au mois de mars», déplore Philippe Demers, propriétaire du restaurant le Saloon Bistro-Bar, situé sur la rue Sainte-Catherine, à Montréal.

Dominic Laflamme, propriétaire de quatre restaurants montréalais, abonde dans le même sens.

«On a pitché tellement d’argent pour faire attention et protéger nos clients, avec les masques, les plexiglas et tout. L’hygiène était déjà là, mais là c’est encore plus sur la coche depuis la réouverture», se désole-t-il.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Marc-Olivier Frappier, chef copropriétaire du Mon Lapin, sur QUB radio :

La fermeture des salles à manger oblige les restaurateurs à se tourner vers les commandes à emporter et les livraisons, qui ne représentent en moyenne que 30 % des chiffres d’affaires de ces établissements.

Comme eux, François Meunier, vice-président, Affaires publiques et gouvernementales de l’Association Restauration Québec, estime que cette décision va faire très mal à l’industrie.

«C’est une déception, on est vraiment sous le choc. C’est comme nous dire qu’on n’aurait jamais dû rouvrir, alors c’est sûr qu’il y a une grande frustration», souligne-t-il.