/news/society
Navigation

Décès de Joyce Echaquan: un autre exemple de racisme systémique, dénonce Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Le décès de Joyce Echaquan, cette autochtone de Manawan décédée au Centre hospitalier de Lanaudière, à Saint-Charles-Borromée, alors qu'elle subissait des propos racistes de membres du personnel, démontre que le racisme systémique existe toujours au Canada, juge Justin Trudeau.

• À lire aussi: Joyce Echaquan: un drame qui provoque la méfiance

• À lire aussi: Mort de Joyce Echaquan: d’autres membres du personnel font l’objet d’une enquête

• À lire aussi: Un an après le rapport Viens: le PLQ demande la démission de la ministre des Affaires autochtones

«Ce qui s'est passé, c'est la pire forme de racisme, quand quelqu'un avait le plus besoin d'aide. C'est un exemple – un autre exemple – de racisme systémique qui est tout simplement inacceptable au Canada», a déclaré le premier ministre pendant la période de questions au Parlement, mercredi.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

«Tous les Canadiens ont été choqués de voir cette vidéo des derniers moments de Joyce Echaquan. Toutes nos condoléances vont à sa famille et aux habitants de Manawan», a-t-il ajouté.

Selon lui, «une enquête rapide est essentielle pour déterminer si Joyce a subi plus que de simples propos racistes». Il a d'ailleurs souligné la réaction rapide du gouvernement du Québec, qui a annoncé l'ouverture d'enquêtes dès mardi.

De son côté, le chef du Bloc québécois, «dégoûté» par la mort de la mère de famille, n'a pas été tendre vis-à-vis du Centre hospitalier de Lanaudière. «Mme Echaquan s'est rendue à l'hôpital pour recevoir de l'aide et y a reçu du mépris. [...] Sans ce mépris raciste, peut-être Joyce Echaquan serait-elle encore vivante», a-t-il laissé tomber en Chambre.

«Il est fini, le temps des rapports, des symboles et des phrases d'une sincérité incertaine. Nous devons demander, d'égal à égal, comment les Nations autochtones souhaitent être traitées, dans le respect de qui elles sont», a-t-il ajouté.

«On va agir»

À Québec, le premier ministre François Legault a, de nouveau, dénoncé les propos tenus par les membres du personnel au Centre hospitalier de Lanaudière.

«J'ai été, comme tous les Québécois, choqué de voir la vidéo, d'entendre les propos racistes à l'égard de Mme Echaquan», a-t-il réitéré mercredi.

Un rapport sur la lutte contre le racisme produit par les ministres Nadine Girault et Lionel Carmant, est attendu au cours des prochaines semaines. Ce dernier doit contenir une série de recommandations.

«On va agir pour lutter contre le racisme. C'est totalement inacceptable ce qu'on a vu là. Personne n’aime ça», a promis M. Legault.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.