/sports/tennis
Navigation

Eugenie Bouchard: une première en six ans

Confiante et déterminée, Eugenie Bouchard accède au troisième tour à Roland-Garros

TENNIS-FRENCHOPEN/
Photo REUTERS Eugenie Bouchard a exprimé avec force sa satisfaction après sa victoire au deuxième tour des Internationaux de France.

Coup d'oeil sur cet article

Après une traversée du désert où les victoires ont été obtenues au compte-gouttes ces dernières années, voilà qu’Eugenie Bouchard a réappris à gagner.

La Québécoise, 168e mondiale, s’est imposée mercredi en trois manches de 5-7, 6-4 et 6-3 face à Daria Gavrilova pour accéder, et ce, pour la première fois depuis 2014, au troisième tour du prestigieux tournoi de tennis de Roland-Garros.

S’il est vrai que l’Australienne, jadis 20e mais rétrogradée au 788e rang à la WTA, revient de loin après avoir été ralentie par les blessures, elle avait pourtant réussi à remporter une première manche marquée par six bris de service.       

  • ÉCOUTEZ la chronique sportive avec Jean-François Baril à QUB radio:   

Quatre bris à la première manche

Mais Bouchard, la battante, qui doit sa participation à une invitation du comité organisateur, a su se ressaisir pour remporter les deux sets suivants et savourer la 10e victoire de sa carrière sur la terre battue de Paris lors de cette rencontre qui a duré 2 heures et 24 minutes.  

En 2014, elle avait atteint la demi-finale à la Porte d’Auteuil avant de trébucher contre la Russe Maria Sharapova. Il s’agit également de sa première présence au troisième tour d’une compétition du Grand Chelem depuis les Internationaux d’Australie en 2017. 

« J’étais déçue et frustrée d’avoir perdu le premier set, a raconté celle qui été victime de quatre bris dans cette manche initiale. J’ai vraiment tenté d’oublier ça mentalement. Ça a réussi puisque je me suis sentie d’attaque par la suite. » 

Bouchard s’est en effet donné une avance de 2 à 0 au début du second set, brisant d’entrée sa rivale également âgée de 26 ans. Plus jamais dans cette manche déterminante elle n’a tiré de l’arrière. 

L’influence de Reyes

Menant 5-2, elle sera toutefois incapable de convertir trois balles de manche sur son service. Mais à 5-4, au profit d’un jeu parfait, elle va finalement forcer la tenue d’un set décisif, qu’elle remportera sans être trop inquiétée. 

« Daria est une joueuse très forte et elle retourne beaucoup de balles, a renchéri Bouchard. Mais ma force mentale m’a permis de revenir dans le match. » 

Bouchard a reconnu avoir amélioré plusieurs facettes de son jeu au cours des derniers mois. 

« Le plus important, a-t-elle soutenu, c’est l’aspect physique. J’ai travaillé avec mon entraîneur pour être plus forte et je vois une différence sur le terrain. Je n’ai plus peur de disputer trois sets et je sais que je peux rester sur le court encore plus longtemps que mon adversaire. 

« Cela me donne la confiance et aussi la patience de ne pas toujours tenter de bousculer les choses. Je suis plus calme. » 

Dans son point de presse, elle a d’ailleurs souligné la précieuse collaboration de Gil Reyes, ce spécialiste réputé en conditionnement physique longtemps associé à Andre Agassi, qu’elle a côtoyé à Las Vegas. 

« C’est peut-être la personne que j’apprécie le plus sur la Terre, a-t-elle affirmé. Je le connais depuis à peu près 10 ans, quoique je travaille avec lui régulièrement depuis octobre dernier. Il croit en moi et cela me permet de croire en moi-même. » 

Près de 200 000 $ assurés

Au lendemain de sa défaite en finale du tournoi d’Istanbul, le 13 septembre, Bouchard, à sa grande stupéfaction, s’est vu offrir une place au tableau principal à Paris. Une invitation qu’elle a vite acceptée. 

Cette seconde victoire lui permettra non seulement d’occuper le top 140 du classement mondial, selon les plus récentes projections, mais aussi de s’enrichir de près de 200 000 dollars canadiens (126 000 euros), tout au moins. 

Au troisième tour, Bouchard affrontera Iga Świątek, classée au 54e échelon de la WTA et considérée comme une vedette montante du tennis féminin. Cette Polonaise a battu mercredi la Taïwanaise Hsieh Su-wei en deux manches de 6-1 et 6-4.

Âgée de 19 ans, Świątek a atteint le quatrième tour des Internationaux d’Australie en janvier dernier, après avoir fait de même à Roland-Garros en 2019.  


♦ Une deuxième Québécoise, Leylah Annie Fernandez, tentera elle aussi d’atteindre la troisième étape à Paris. La 100e raquette mondiale se mesurera à la Slovène Polona Hercog (47e) dans une rencontre qui devrait s’amorcer vers 7 h (heure de l’Est) jeudi matin.

Statistiques du match    

EUGENIE BOUCHARD (CAN)
DARIA GAVRILOVA (AUS)
5 As 0
2 Doubles fautes 6
66/101 (65 %) 1er service 68/105 (65 %)
43/66 (65 %) Pts gagnés au 1er service 42/68 (62 %)
14/35 (40 %) Pts gagnés au 2e service 15/37 (41 %)
23/38 (61 %) Pts gagnés au filet 14/20 (70 %)
7/18 (39 %) Balles de bris gagnées 5/7 (71 %)
48/105 (46 %) Retours gagnants 44/101 (44 %)
44 Coups gagnants 37
35Fautes directes29
105Total de points gagnés101

Source : rolandgarros.com

« Son travail acharné est récompensé »      

Eugenie Bouchard exploite davantage son côté explosif, constate l’entraîneur Sylvain Bruneau 

Louis Borfiga (à gauche) et Sylvain Bruneau, tous deux de Tennis Canada, se réjouissent de la tenue récente d’Eugenie Bouchard sur les courts de tennis.
Photo d'Archives, Martin Alarie
Louis Borfiga (à gauche) et Sylvain Bruneau, tous deux de Tennis Canada, se réjouissent de la tenue récente d’Eugenie Bouchard sur les courts de tennis.

D’entrée de jeu, Sylvain Bruneau a tenu à spécifier qu’Eugenie Bouchard ne doit pas son laissez-passer au tableau principal de Roland-Garros à sa participation à la finale du tournoi d’Istanbul le 13 septembre.

« C’est plutôt un échange entre nous et la Fédération française de tennis, a souligné le responsable du volet féminin à Tennis Canada, en entrevue téléphonique au Journal. J’avais communiqué avec Eugenie avant qu’elle se déplace vers la Turquie, pour lui dire que nous étions en discussions pour lui obtenir une invitation.

« Je lui avais alors donné très peu d’informations et surtout il n’a jamais été question du tableau principal pendant notre conversation. Elle savait toutefois qu’elle avait des chances.

« Je l’ai appelée au lendemain de son dernier match à Istanbul pour lui confirmer que l’entente était finalisée et qu’elle pouvait se rendre à Paris. »

Merci à la Fédération française

Bruneau n’a pas manqué de remercier la Fédération française de tennis pour sa généreuse contribution dans le dossier.

« Ses dirigeants auraient pu refuser mais, au contraire, ils ont dit oui, d’expliquer Bruneau. L’an dernier, nous avions accordé un laissez-passer à la Française Kristina Mladenovic pour qu’elle participe à la Coupe Rogers à Toronto.

« Le classement d’Eugenie avant Paris ne lui permettait même pas de prendre part aux qualifications à Roland-Garros, a-t-il affirmé. Or, on avait convenu d’un échange, dans notre première discussion, pour qu’elle soit inscrite aux qualifications.

« Mais nous sommes parvenus par la suite à bonifier cet accord pour le tableau principal en permettant à des joueurs français d’obtenir des places pour certaines de nos compétitions [challengers, etc.] l’année prochaine au Canada. »

Victoires et confiance vont de pair

Bruneau, il va de soi, a regardé à la télé le match de deuxième tour remporté par Bouchard mercredi à Roland-Garros. La Québécoise s’est imposée en trois manches (5-7, 6-4 et 6-3) face à l’Australienne Daria Gavrilova.

« J’aimais ses chances de la voir accéder au troisième tour et je suis heureux du résultat, a-t-il raconté. C’était une bonne rencontre de sa part contre une rivale coriace qui s’accroche et qui a tenté de lui diriger constamment des balles plus gonflées.

« Mais Eugenie a bien géré la situation, a analysé Bruneau. Dans la foulée des dernières semaines, elle accumule les victoires et gagne en confiance. Elle démontre une très grande forme physique. Elle exploite davantage et très efficacement son côté explosif.

« On constate aussi qu’elle frappe la balle avec autorité même dans les zones de débordement. »

Rôles inversés

Les temps ont changé pour Bouchard depuis un an. En manque de résultats positifs, elle a pris les moyens pour retrouver son aplomb. Les victoires s’accumulent maintenant à un rythme plus soutenu que les défaites. Les rôles ont été inversés et c’est bon pour le moral.

« Récemment, elle a disputé des matchs serrés et les a gagnés pour la plupart, a relaté Bruneau. Ça fait une grosse différence. Son travail acharné en salle est récompensé. Elle est beaucoup plus forte. »

L’entraîneur québécois reconnaît que Bouchard a pris les grands moyens pour faire avancer son tennis au cours des récents mois. Même quand le contexte était difficile.

« Eugenie est allée en Europe en pleine pandémie pour aller disputer un tournoi en Europe cet été, a-t-il indiqué. Ils sont rares à avoir fait un déplacement de la sorte, croyez-moi. »

Bruneau lui souhaite évidemment d’autres victoires à Paris.

« Elle affrontera une joueuse [la jeune Polonaise de 19 ans Iga Świątek] très prometteuse. Plus tu avances dans le tournoi, plus l’opposition est coriace. Mais avec Eugenie, tout est possible », a conclu Bruneau.

« Belle force de caractère »

Au bout du fil, Louis Borfiga s’est dit lui aussi impressionné par la qualité de jeu de Bouchard.

« Elle a été extrêmement solide, de dire le vice-président du développement de l’élite à Tennis Canada. Après avoir perdu le premier set, elle a su bien se regrouper pour gagner le match. Elle a démontré une belle force de caractère.

« Tout est une question de confiance. Les victoires amènent les victoires. »

Borfiga a été l’un des grands artisans de la participation de la Québécoise au tournoi de Roland-Garros.

« Nous avons travaillé fort pour qu’elle soit invitée, c’est le moins que l’on puisse dire. » Et, à son tour, il a tenu à remercier la Fédération française de tennis. 


♦ La Lavalloise Leylah Annie Fernandez et sa partenaire, la Française Diane Parry, ont été éliminées d’entrée en double mercredi à Roland-Garros. En revanche, l’autre Canadienne, Gabriela Dabrowski, et la Lettonne Jelena Ostapenko ont franchi avec succès le premier tour.

Les Canadiens jeudi      

2e TOUR (SIMPLE)  

  • Denis Shapovalov (CAN – 11e) c. Roberto Carballés Baena (ESP – 101e) | Court Suzanne Lenglen à 5 h *
  • Leylah Annie Fernandez (CAN – 100e) c. Polona Hercog (SLO – 47e) | Court no 5 vers 7 h 15 *
La Québécoise Leylah Annie Fernandez a rendez-vous avec Polona Hercog, au deuxième tour à Roland-Garros.
Photo REUTERS
La Québécoise Leylah Annie Fernandez a rendez-vous avec Polona Hercog, au deuxième tour à Roland-Garros.

1er TOUR (DOUBLE MASCULIN)  

  • Denis Shapovalov (CAN) et Rohan Bopanna (IND) c. Vasek Pospisil (CAN) et Jack Sock (USA) | Court no 7 vers 13 h *

1er TOUR (DOUBLE FÉMININ)  

  • Sharon Fichman (CAN) et Kateryna Bondarenko (UKR) c. Kirsten Flipkens (BEL) et Anastasia Pavlyuchenkova (RUS) | Court no 1 à 5 h *

* heure de l’Est