/news/politics
Navigation

Blanchet appelle les partis d'opposition à montrer la porte aux libéraux au printemps

Blanchet appelle les partis d'opposition à montrer la porte aux libéraux au printemps
Photo Agence QMI, Marc Desrosiers

Coup d'oeil sur cet article

Le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, a réitéré haut et fort, jeudi, que le discours du Trône démontre, à ses yeux, la manie des libéraux d'empiéter dans les champs de compétence provinciaux et souhaite que le gouvernement Trudeau ne survive pas plus longtemps que jusqu'au printemps prochain. 

• À lire aussi: Blanchet redoute que les libéraux écourtent encore les débats parlementaires

«Si ce Parlement a du courage, les jours de ce gouvernement sont comptés. Et si certains d'entre nous avaient eu du courage, ce seraient les heures de ce gouvernement qui seraient comptées», a-t-il laissé tomber, durant sa réplique formelle, à la Chambre des communes, au discours du Trône.

Les bloquistes ont déjà signalé qu’ils allaient voter contre, sommant du même souffle Ottawa d'acquiescer à la demande des provinces d'augmenter à 35% sa contribution pour les coûts en santé avec ses transferts fédéraux.

Jeudi, M. Blanchet a confirmé haut et fort que ses troupes voteraient contre le discours du Trône, critiquant au passage les néo-démocrates qui offriront leur soutien aux libéraux dans le vote de confiance imminent.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

En point de presse après son allocution en Chambre, le chef bloquiste a précisé qu'il souhaite que ce gouvernement ne survive pas plus longtemps que jusqu'au printemps 2021.

«Ce que je considère comme le plus vraisemblable [...], c'est qu'au printemps 2021, il n'y aura plus personne de sérieux dans ce Parlement-là à part les libéraux eux-mêmes pour penser qu'ils sont dignes d'être encore au pouvoir», a-t-il dit.

M. Blanchet a aussi profité de son allocution en Chambre pour exhorter le gouvernement Trudeau à respecter les champs de compétence provinciaux, à l'instar du premier ministre québécois, François Legault.

«Personne, ni au Québec ni dans les provinces, n’a demandé d’ingérence du fédéral. On leur répond avec une prétention terrible: "Nous, gouvernement d’Ottawa, nous sommes meilleurs que vous! Vous n’êtes que le Québec! Vous n’êtes que des provinces!"» a-t-il lancé.

Dans leur discours du Trône présenté la semaine dernière, les libéraux s’engagent notamment à établir des normes nationales pour les établissements de soins de longue durée et à garantir l’accès à des places en garderies partout au pays.