/sports/others
Navigation

La lourde tâche du Heat

La lourde tâche du Heat
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Complètement dépassé lors du premier match de la finale de la NBA, le Heat de Miami devra avoir à l’œil le duo des Lakers de Los Angeles formé de LeBron James et d’Anthony Davis, s’il ne veut pas rapidement perdre tout espoir de soulever le trophée Larry-O’Brien. 

Limiter les chances de l’un des deux est déjà une tâche colossale, mais de stopper la paire de l’heure dans la NBA relèverait de l’exploit. Mercredi, lors de la victoire des Lakers de 116 à 98, Davis a récolté 34 points et James, 25, tous deux bien devant le reste de leurs coéquipiers à ce chapitre.

Davis a été tout simplement incroyable, lors des séries éliminatoires, en marquant en moyenne 29,1 points par match. Après la défaite, l’entraîneur-chef du Heat, Erik Spoelstra, a rappelé l’importance de ralentir le joueur vedette.

«Nous avons 48 heures pour déterminer notre plan d’attaque. Il [Davis] a été extrêmement bon ce soir [mercredi] et nous devons faire mieux», a-t-il mentionné, selon le site officiel de la NBA.

Miami a aussi accordé 15 tirs de trois points aux Lakers, ce qui fait sans contredit une différence sur la feuille de pointage. Danny Green a été le plus performant, réussissant trois de ses huit tentatives. En tout, Los Angeles a tiré 38 fois du centre-ville.

La même recette

Même après ce résultat convaincant, les Lakers ne s’assiéront pas sur leurs lauriers. Dans des propos repris par le réseau Sportsnet, l’entraîneur Frank Vogel a indiqué qu’il avait un grand respect pour ses adversaires et que son équipe «ne pouvait baisser sa garde».

Même son de cloche pour LeBron, qui est en quête d’un quatrième championnat en carrière. «Je suis resté debout jusqu’à 4h, 4h30 du matin la nuit dernière [jeudi] à tout regarder du film du match. [J’ai vu] des choses que nous devons faire mieux offensivement et défensivement.»

Comme si ce n’était pas assez, le Heat pourrait avoir à composer avec des absents de taille lors du second duel. Goran Dragic est un cas douteux, après s’être étiré l’aponévrose plantaire du pied gauche. Bam Adebayo en est un autre, lui qui a subi un test d’imagerie par résonnance magnétique (IRM) qui a révélé des tensions dans son cou.

Les deux athlètes avaient quitté le match avant sa conclusion et leur perte pourrait être fatale pour les Floridiens, puisqu’ils sont des partants indiscutables. Adebayo mène d’ailleurs toute la NBA pour les rebonds offensifs (43) et montre une moyenne de points de 17,8. Le vétéran Dragic, lui, marque environ 19,9 points par rencontre.