/sports/tennis
Navigation

Papa a raison

Le tennis est plus payant que le soccer pour la jeune Québécoise

TENNIS-FRA-OPEN-WOMEN
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

À un très bas âge, Leylah Annie Fernandez souhaitait suivre les traces de son père, Jorge, qui a connu un beau parcours au soccer en Amérique du Sud.

• À lire aussi: «Une organisation affreuse»

• À lire aussi: Roland-Garros: du jamais-vu en Grand Chelem

Mais papa, aujourd’hui son entraîneur, lui a fait comprendre que cette discipline était exigeante pour le corps et que les risques de blessures étaient plus grands. 

« Je voulais faire comme lui, avait raconté la nouvelle coqueluche du tennis canadien, en entrevue au Journal l’an dernier au Challenger de Granby. Mais il m’a fait réaliser qu’il n’y avait pas que le soccer dans la vie et que le tennis était aussi plus payant ! »

Ballon plus petit

Fernandez ne peut que lui donner raison. Son beau parcours à Roland-Garros lui a permis d’enrichir son compte de banque de quelque 200 000 dollars canadiens ! Avant de se présenter à Paris, elle affichait 352 000 $ de gains en carrière. 

« Il disait aussi que “le soccer a beau être un beau sport, c’est toutefois plus difficile pour une femme d’y réussir’’. » 

Issue d’une famille de sportifs Fernandez se rappelle une visite déterminante dans un magasin Canadian Tire avec son père, qui avait alors demandé au commis de lui trouver quelque chose de rond, mais plus petit qu’un ballon de soccer. 

« Il nous a montré des balles de tennis, a-t-elle raconté. Non seulement mon père a acheté les balles, mais nous sommes revenus à la maison avec une raquette.

« J’ai immédiatement adopté ce sport, a-t-elle poursuivi. Je me rappelle cependant que chaque fois que mon père revenait du travail, je lui demandais de venir jouer au tennis dans la rue devant notre résidence. » 

Dominante à Roland-Garros

Depuis notre discussion en juillet 2019, alors qu’elle n’avait que 16 ans, son ascension a été fulgurante. Quelques jours plus tard, elle a atteint la finale à Granby avant de s’incliner en trois manches face à la Mexicaine Fernanda Contreras Gomez. 

Née le 6 septembre 2002 à Montréal, Fernandez est présente sur le circuit professionnel depuis 2017, bien qu’elle a continué à faire ses classes dans les rangs juniors jusqu’à l’an passé. 

À Roland-Garros en 2019, Fernandez n’a pas fait mentir son rôle de première tête de série, quand elle fut couronnée championne junior de la compétition, pendant laquelle elle n’a concédé aucune manche à ses adversaires. 

En septembre 2018, petit rappel en arrière, elle a remporté une première victoire dans un tournoi de la WTA quand elle a battu sa compatriote Gabriela Dabrowski à la Coupe Banque Nationale à Québec. 

Dès lors, ses participations sur la scène internationale se sont enchaînées à un rythme fructueux. Classée au 209e rang à la WTA à son premier match en 2020 (en Nouvelle-Zélande), Fernandez devrait passer au 86e échelon à la suite de sa victoire de jeudi au deuxième tour à Paris.  

Leylah Annie Fernandez en 2020  

Fiche : 20-9  

  • Bourses en 2020 : 474 163 $    
  • Fiche en carrière : 81-47  
  • Bourses en carrière : 549 078 $    
  • Classement actuel : 100e  
  • Meilleur classement : 98e (14 septembre 2020)  
  • Classement projeté : 86e (2 octobre 2020)  
  • Titres : aucun     

9 compétitions

Tournoi Parcours Surface
Roland-Garros 3e tour Terre battue
Rome, Italie 1er tour des qualif. Terre battue
Internationaux des E-U 2e tour Dure
Cincinnati * 1er tour Dure
Lexington, KY 2e tour Dure
Monterrey, Mexique Quarts de finale Dure
Acapulco, Mexique Finale Dure
Melbourne, Australie 1er tour Dure
Auckland, N.-Zélande 1er tour des qualif. Dure

* Tournoi présenté sur le site de Flushing Meadows, dans l’État de New York

Source : WTA