/news/politics
Navigation

Respect des mesures sanitaires: servez-vous de votre «gros bon sens», dit Legault

Le PM a assuré que les zones grises des règles sanitaires ne seront pas pénalisées

En conférence de presse jeudi, à Québec, le premier ministre François Legault a lancé le message suivant : il faut avoir le moins de contacts sociaux possible avec des gens avec qui on n’habite pas.
Photo Stevens Leblanc En conférence de presse jeudi, à Québec, le premier ministre François Legault a lancé le message suivant : il faut avoir le moins de contacts sociaux possible avec des gens avec qui on n’habite pas.

Coup d'oeil sur cet article

Randonnées avec des amis ? Fêtes dans des parcs ? Activités sportives ? François Legault demande aux Québécois en zone rouge d’user du « gros bon sens » et de réduire au strict minimum les contacts sociaux à l’extérieur de leur bulle familiale.

«C’est toujours difficile de prévoir toutes les exceptions [...] Notre objectif est d’avoir le moins de contacts sociaux possible avec des gens avec qui on n’habite pas », a expliqué le premier ministre en conférence de presse.

M. Legault et le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique, ont subi un barrage de questions des journalistes sur les mesures de confinement annoncées la veille.

Les Québécois qui ne se soumettent pas aux règles peuvent recevoir des amendes de 1000 $.

A-t-on le droit de jouer dans un parc, de faire du covoiturage, de voir son amoureux ou son amoureuse lorsqu’on habite chez ses parents ? Les questions ont été nombreuses.

«Le diable est dans les détails», a reconnu le Dr Arruda. «Les questions que la population se pose, on se les pose nous aussi. La logique qu’on utilise toujours, c’est : “restez dans votre bulle familiale, interagissez le moins possible avec d’autres, et si vous le faites, faites-le à une distance importante”», a affirmé M. Arruda.

  • Écoutez Steve E. Fortin, chroniqueur et blogueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec, sur QUB radio:

Du jugement

« On a essayé d’être le plus précis possible, mais il y a toujours de la place pour le jugement », a renchéri François Legault.

Les deux hommes ont assuré que les zones grises ne seraient pas pénalisées par les policiers.

Il est possible de faire du covoiturage si c’est notre unique façon de nous rendre au travail par exemple. Et un couple qui n’habite pas à la même adresse peut continuer de se fréquenter.

Les règles sont là pour dissuader les gens qui veulent contourner les interdits, comme organiser un BBQ ou une fête dans un parc, a expliqué M. Arruda : « Ce qu’on veut éviter, c’est les contacts sociaux prolongés. C’est pour ça que les décrets ont été écrits dans cette façon-là. » 

Le gouvernement ne veut pas empêcher les gens de sortir. « Mais si on le fait avec les voisins, et qu’on ne respecte pas le deux mètres, on est à risque », a indiqué le Dr Arruda.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Sport amateur

Quant au sport amateur, le gouvernement Legault va faire une présentation lundi avec plus de détails.

Mais déjà, on peut anticiper un resserrement : « Quand on parle d’une pratique de soccer, les joueurs viennent de différentes bulles. Il risque d’y avoir des contacts. Ce n’est pas recommandé, à moins d’être encadré », a-t-il indiqué.

Concernant la présence aux parcs avec les enfants, il recommande aux parents d’apporter un bon vieux ballon et de jouer dans les « zones moins peuplées », plutôt que d’aller en masse dans les structures de jeux d’enfants.

Les autorités retournent ainsi la question : Plutôt que de vous demander ce que vous avez le droit de faire, demandez-vous plutôt comment réduire au maximum vos contacts avec les autres.    

Ce qu’ils ont dit :   

« On ne vous a pas confinés à l’intérieur de la maison. Ce qu’on veut empêcher, c’est que deux familles se retrouvent ensemble. Donc, vous appliquez ça à l’extérieur, à l’intérieur, je pense que c’est correct. »

« Les lois et les décrets qui sont trop précis, après ça, il n’y a plus de marge de manœuvre pour porter un jugement sur la situation [...] Si le covoiturage c’est votre seul moyen de transport pour aller au travail, c’est une chose. Si c’est pour aller vous amuser, c’est une autre. »

— Horacio Arruda, directeur national de santé publique

« C’est une question de gros bon sens. Quand on commence à fouiller les petites exceptions, on peut se dire : bien là, il faudrait peut-être apporter une précision. On va apporter les précisions qui sont nécessaires, mais le principe, je pense qu’il est assez clair. »

« Quand il y a une urgence, quand il y a une nécessité, quand c’est essentiel de faire venir une personne à la maison, bien là, on ne veut pas brimer personne. »

— François Legault, premier ministre du Québec