/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Le Québec champion des opposants au masque

C’est ici que l’opposition aux mesures de contrôle de la pandémie est la plus forte au pays

Le Québec champion des opposants au masque
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la deuxième vague de COVID-19 frappe le Québec, le mouvement antimasque a le vent en poupe dans la province. Nulle part ailleurs au Canada ces manifestations ne recueillent autant l’adhésion du public.

• À lire aussi: La grande manif antimasque du parc Jarry annulée

• À lire aussi: Dernières manifs permises sans masque

• À lire aussi: Ce ne sont plus des originaux

Alors que 10 000 manifestants ont marché sur Montréal mi-septembre, il n’était que quelques centaines à Vancouver, à peine une centaine à Toronto et quelques dizaines ailleurs.

Le Québec champion des opposants au masque
Photo d'archives, Martin Alarie

D’après un sondage national mené par Léger du 18 au 20 septembre auprès de 1 538 Canadiens: 15% des répondants au Québec soutenaient les manifestations contre le port du masque, contre 10% des Ontariens et 12% des Canadiens en général.*

Pour Roxane Martel-Perron, du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, il est clair qu’il y a «une adhésion au mouvement plus grande au Québec qu’ailleurs».  

  • Écoutez le commentaire de Richard Martineau sur QUB radio:    

Extrême droite

Selon elle, la présence d’acteurs, de groupes identitaires établis, et de politiciens dans ce mouvement pourrait être une des raisons de sa popularité ici. L’actrice Lucie Laurier, le groupe identitaire La Meute et le politicien Maxime Bernier se sont en effet associés aux anti-masques.

Le Québec champion des opposants au masque
Photo d'archives, Agence QMI

À cela pourrait s’ajouter, dit-elle, un manque de résilience face aux fausses nouvelles et aux théories du complot véhiculées en lignes.

Les opposants aux mesures sanitaires disent en effet lutter pour les libertés individuelles, mais aussi contre un complot dirigé par les milliardaires et l’industrie pharmaceutique. On peut d’ailleurs observer lors de manifestations le logo de Q-Anon, une nébuleuse qui véhicule des théories du complot pro-Trump.

C’est qu’«au Québec on remarque un croisement entre les anti-masques et l'extrême droite qui a investi ce discours plus fortement qu'ailleurs au Canada», indique Mme Martel-Perron.

Le Québec champion des opposants au masque
Photo d'archives, Martin Alarie

Samuel Tanner, chercheur à l’école de criminologie de l’Université de Montréal, explique que la droite radicale québécoise était «très fragmentée» avant la pandémie, mais s’est maintenant regroupée autour du complotisme.

Radicalisation

«Ce qui m’inquiète c’est qu’ils y trouvent une forme de soupape. C’est une communauté de prêt-à-penser pour des gens qui vivent de la panique et de l’angoisse face à la pandémie», dit-il.

«Il ne faut pas minimiser la capacité de ces mouvements à générer de la violence», prévient-il. «Il y a déjà eu plusieurs évènements préoccupants. Il ne faut pas attendre que ça soit plus violent pour agir», renchérit Mme Martel-Perron.

«Au Canada en général, on croit qu’on est imperméable aux mouvements d’extrême droite, que ça n’existe pas. Mais si nous ne les prenons pas au sérieux dès maintenant, quand on se réveillera ce sera trop tard», complète Toby Fyfe, président de l’Institut sur la gouvernance, à Ottawa.

Ces dernières semaines, des menaces de morts ont été proférées contre les premiers ministres Legault et Trudeau, entre autres.

• À lire aussi: Propos menaçants contre le premier ministre: deux hommes rencontrés par la SQ

Dans l’immédiat, Mme Martel-Perron du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence appelle à ouvrir des espaces de dialogue et à éviter la confrontation, comme le prône l’OMS.

Car «quand le dialogue se rompt, les tensions peuvent facilement générer de la violence», explique M.Tanner.

À plus long terme, Mme Martel-Perron plaide pour un investissement en littératie numérique, afin d’outiller les gens pour qu’ils soient capables de reconnaître les fausses nouvelles.

Le Québec champion des opposants au masque
Photo d'archives, Martin Alarie

Cohérence et confiance

Roxane de la Sablonnière, professeur du département de psychologie de l’Université de Montréal, appelle quant à elle à la plus grande clarté et cohérence possible de la part des gouvernements.

«La perception de la cohérence des mesures joue un rôle extrêmement important. Elle fait en sorte que les individus adhèrent ou non aux consignes. La façon dont le message est présenté est très importante», dit-elle.

Dans la même veine, M.Fyfe, souligne que la confiance est la clef de l’adhésion populaire aux politiques publiques.

Pour la conserver, les gouvernements se doivent d’être cohérents, mais aussi transparents et ouverts, insiste-t-il.

Les autorités doivent aussi s’entendre sur un message clair qui fasse consensus, ajoute-t-il.

Or, si au début de la pandémie tout le monde a mis l’épaule à la roue pour «aplatir la courbe», le problème et les solutions sont maintenant plus diffus. On veut maintenant protéger le système de santé, l’économie, les emplois, les écoles, etc. Autant d’objectifs sur lesquels il est bien moins simple de s’entendre, souligne-t-il. 

Sondage sur les manifestations       

Avez-vous
tendance à...
Total au Canada Atlantique Québec Ontario Manitoba et Sask. Alberta Colombie-Britanique
...soutenir les manifestations contre le port du masque 12 % 12 % 15 % 10 % 11 % 14 % 13 %
...vous opposer aux manifestations contre le port du masque 88 % 88 % 85 % 90 % 89 % 86 % 87 %

Méthodologie :*sondage Léger réalisé du 18 au 20 septembre 2020 auprès de 1 538 Canadiens, marge d’erreur de 2,50 %, et ce, 19 fois sur 20

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.