/news/society
Navigation

CHOI Radio X menace la Ville de poursuite

Le maire Régis Labeaume refuse de retirer ses propos

CHOI Radio X menace la Ville de poursuite
Photo d'archives, ANNIE T. ROUSSEL

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec a reçu une mise en demeure de RNC Média, propriétaire de CHOI, qui lui demande de «retirer les accusations diffamatoires» à l'endroit de la station de radio, sans quoi l'entreprise intentera des poursuites. Le maire de Québec, Régis Labeaume, a déjà tranché: c'est une tentative de «museler la Ville et son maire» et il ne retirera pas ses propos.

• À lire aussi: Régis Labeaume porte plainte à la police de Québec pour «menaces»

• À lire aussi: Au tour de Qualinet, Bell et la CNESST de larguer CHOI Radio X

À la suite de l'annonce de la Ville de Québec, en début de semaine, de retirer ses publicités des ondes de CHOI Radio X en raison du discours qui y est diffusé et qui « fait la promotion de l’opposition aux mesures sanitaires durant cette période de grave pandémie », d'autres annonceurs ont suivi la parade et se sont dissociés.

Le maire Labeaume avait dénoncé le discours de « banalisation » de la pandémie qui est « dangereux » pour la santé de la population.

Mise en demeure

Vendredi, les propriétaires de CHOI ont répliqué par une mise en demeure.

L'entreprise enjoint à la Ville de retirer dans les 48 heures les « accusations diffamatoires » à son endroit et de reconnaître publiquement les gestes posés par (son) organisation au soutien des directives de la Santé publique », a révélé le maire, en marge d'un point de presse.  

  • Écoutez le chroniqueur Éric Duhaime avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

RCN Média tient la Ville responsable de tout dommage qu'elle a subi, incluant toute annulation de contrat ou de perte de revenus.

Sinon, l'entreprise annonce qu'elle intentera une poursuite.

Cet avertissement n'a pas impressionné M. Labeaume.

« Museler son maire »

« C'est une mise en demeure pour, je pense, museler la Ville et son maire. Ça n'arrivera pas. Il n'est pas question que la Ville ne puisse pas dire ce qu'elle a à dire ou faire ce qu'elle a à faire. La Ville va continuer de faire son travail, de gérer sa ville et de protéger sa population. [...] On s’attend à une poursuite. »

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Quant aux retraits d'autres annonceurs, qui ont suivi le chemin tracé par la Ville, M. Labeaume a soutenu qu'il n'est « pas responsable des gestes des autres ». « Je n'avais aucune idée de ce qu'ils allaient faire et on n'a parlé avec personne. »