/finance/news
Navigation

Doit-on reporter sa retraite en raison de la pandémie?

Print

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez perdu votre emploi ou des revenus de travailleur autonome pour cause de COVID-19 ? C’est peut-être le temps de vous réinventer, de repousser la date de retraite et de surveiller vos dettes...

• À lire aussi: Protégez votre argent contre la COVID-19

« Peu importe les crises, la plupart des gens doivent maintenir le cap s’ils avaient déjà un plan pour leur retraite, explique Gaétan Veillette, planificateur financier chez IG Gestion de patrimoine. Ils doivent donc s’assurer qu’ils seront capables de générer suffisamment de revenus à la retraite pour respecter leurs engagements financiers et joindre les deux bouts. »

Une question importante qui en découle : pourrez-vous gagner assez d’argent d’ici à la retraite pour maintenir votre train de vie ET atteindre votre objectif d’épargne retraite ?

« C’est peut-être le temps de se réinventer et de changer de domaine, notamment si vous travaillez dans une industrie fortement affectée comme la restauration, le tourisme, l’aviation, les arts et la culture », ajoute M. Veillette.

Dettes

Avant, prendre sa retraite avec des dettes était très mal vu. Aujourd’hui, même les experts en finances personnelles font des nuances. Même si les taux d’intérêt sont à des niveaux historiquement faibles, le resteront-ils ? Car les paiements liés à vos dettes ne sont pas compressibles. Dettes et train de vie ne doivent donc pas excéder vos revenus à la retraite.

La nature de vos dettes influence aussi votre marge de manœuvre de futur retraité. 

On parle souvent de « bonne dette » et de « mauvaise dette ». Les bonnes sont celles liées à des actifs, comme une hypothèque. Les mauvaises sont les prêts personnels, marges de crédit et dettes de consommation. Il faut s’en débarrasser avant de dire « bye bye boss ».

Bien avant de prendre sa retraite, on doit donc classer ses dettes par catégories de remboursement :  

  • d’ici le prochain trimestre ; 
  • d’ici quelques années ; 
  • avant la retraite.   

Les dettes à taux d’intérêt élevés, comme les soldes de cartes de crédit ou financement de meubles, doivent être réglées en priorité... 

Reporter ou non

Cet exercice permettra de mieux fixer une date de retraite et peut-être de la reporter de quelques mois ou années. Surtout s’il faut épargner davantage.

Car certains espèrent travailler à temps partiel à la retraite, mais ils doivent s’assurer de conserver certains avantages, comme le Supplément de revenu garanti. D’autres envisagent toujours une retraite à 60 ans.

« C’est très coûteux, ajoute Gaétan Veillette. Par exemple, prendre sa retraite à 61 ans plutôt qu’à 60 ans bonifiera votre rente de RRQ de 11 1⁄4 %. Le même principe s’applique au régime fédéral. On doit comparer plusieurs scénarios de date de retraite et en calculer l’impact financier si l’on survit jusqu’à 90 ans, ce qu’illustrent les logiciels des planificateurs financiers. » 

D’autant plus qu’il faut bien gérer les avantages des divers régimes de placement (REER-FERR, CRI-FRV, CELI, REEE) pour ne pas être pénalisé par le fisc.

Avant de prendre de telles décisions, consultez un planificateur financier. 

CONSEILS 

  • Si vous le pouvez, consolidez toutes vos dettes avec un prêt personnel ou une marge de crédit. Privilégiez une marge hypothécaire si possible. Mais vous devrez augmenter le paiement mensuel pour respecter votre date de retraite et être discipliné (ne pas augmenter vos dépenses). 
  • Un bon moyen de s’assurer de payer ses dettes, c’est de diminuer son train de vie avant la retraite. On y arrive en faisant son budget avec une application comme budgetenligne.net (gratuite pour ordinateur, 5,49 $ pour téléphone). 
  • N’hésitez pas à consulter un planificateur financier (pour en trouver un : iqpf.org/services-au-public/repertoire • 1-800-640-4050), ou un conseiller de l’ACEF la plus près de chez-vous (consommateur.qc.ca) dont les services sont gratuits. 
  • De la lecture (trucs, conseils, outils) : Savoir dépenser sans culpabiliser, Éditions du Journal, 2020.