/sports/opinion/columnists
Navigation

La pêche en couleur

campeau
Photo courtoisie La pêche automnale peut vous réserver de belles surprises comme ce fut le cas pour Sylvie Jeannotte lors de sa dernière excursion au lac Jobin.

Coup d'oeil sur cet article

Si vous avez déjà rangé vos cannes à pêche, sachez que vous manquerez fort possiblement de belles opportunités au cours des prochaines semaines.

Le guide du pêcheur, ce résumé dans lequel on retrouve les principales règles, nous indique que la saison de pêche aux truites et aux ombles se terminait le 13 septembre dans plusieurs secteurs. En fait, il y a eu une dérogation cette année à cause de la COVID-19 et on pouvait taquiner ces poissons jusqu’au 20 septembre à certains endroits. Ce que plusieurs ignorent, c’est qu’il est possible de prélever ces deux salmonidés toute l’année chez plusieurs pourvoyeurs qui en ont fait la demande. La pêche doit se dérouler dans des étangs fermés, d’une superficie maximale de 20 hectares, contenant exclusivement des poissons d’élevage captifs.

De toute beauté

L’automne est selon moi la période tout indiquée pour se lancer aux trousses des mouchetées et des arcs-en-ciel. Comme plusieurs autres espèces de poissons, elles se nourrissent activement à ce moment afin d’augmenter leur masse graisseuse en vue de l’hiver qui approche. Elles boudent aussi moins fréquemment nos offrandes et elles sont moins sélectives. Ajoutez à cela que les ombles de fontaine se déplacent davantage en bandes avec l’arrivée de leur saison des amours. Bref, ces combattants ne demandent pas mieux que de faire fléchir vos cannes.

La nature nous propose alors deux superbes spectacles ; celui de la forêt qui revêt son manteau aux plus beaux coloris et celui des poissons arborant leur robe aux teintes flamboyantes.

L’absence de moustique est également notable.

Techniques

La pêche traditionnelle à la traîne avec une cuillère et un ver fonctionne bien pour localiser les prédatrices. Vous pouvez aussi cibler de plus gros spécimens en vous servant d’un petit poisson-nageur.

L’amateur a intérêt à concentrer ses efforts à des profondeurs inférieures à trois mètres, à proximité des entrées d’eau, le long des plages et des rives rocailleuses. Après une attaque ou une capture, exploitez le secteur au lancer. Vous aurez alors de bonnes chances d’intercepter d’autres membres du groupe de poissons que vous avez croisé. Les petits jigs sont également tout indiqués pour arriver à vos fins.

Histoire vécue

Sylvie Jeannotte et Jean-Pierre Laforest, de Laval, se rendent chaque automne à la pourvoirie Trudeau, au lac Jobin. Cette excursion en amoureux leur permet de décompresser, de profiter des beautés de mère Nature et de capturer des spécimens de toutes les tailles.

Ces adeptes adorent pêcher avec le petit tube Mimic Minnow, le Micro Craw Twister, le Micro Nymphe, le Atomic Teaser et autres offrandes miniatures souples de la sorte. Le tout est lesté avec une tête plombée de 1/16 ou de 1/32 d’once. Ils se servent aussi d’un fil fin d’une résistance maximale de 4 ou 6 livres, jumelé à un bas de ligne en fluorocarbone.

La technique est relativement simple, on la lance au loin, on la laisse caler lentement puis on la récupère doucement en appliquant de légères saccades. Les mouchetées et les arcs-en-ciel ne peuvent résister aux spectacles qu’occasionnent ces petites bibittes aux allures
totalement inoffensives.

L’an dernier, après avoir capturé quelques spécimens dans un même secteur avec un Mimic Minnow, Sylvie a longuement combattu un omble de fontaine de 2,25 kg (5 lb) avant que Jean-Pierre réussisse à l’immobiliser dans son épuisette. Comme si ce n’était pas assez, 15 minutes plus tard, elle a déjoué une autre ogresse aussi gigantesque. Nul besoin de vous dire que les autres pêcheurs des alentours étaient fort jaloux. « Lors de nos visites automnales au Jobin, on ne prend pas toujours des trophées comme ceux que Sylvie a interceptés, mais on prend toujours nos limites », confiait M. Laforest avec un petit sourire aux lèvres.

Le site

La pourvoirie évasion plein-air Trudeau est située à moins de 90 minutes de Montréal, à St-Zénon. Pour vous y rendre, de Joliette, empruntez la 131 Nord jusqu’à destination. Il y a deux entrées principales bien indiquées. On peut y accéder avec la plupart des véhicules urbains puisque la route est asphaltée jusqu’à destination, puis on se déplace sur des chemins forestiers parfaitement carrossables sur l’ensemble du territoire de 52 km2.

La clientèle a le choix d’opter pour un plan européen dans l’un des 36 chalets tout équipés, coté trois et quatre étoiles, pouvant accueillir de 2 à 15 personnes ou pour un plan américain avec d’excellents repas servis à l’auberge la Glacière où l’on dénombre 30 chambres supplémentaires.

Les occupants des chalets ont tous un quai privé avec chargeur pour éviter d’avoir à transporter votre grosse pile à cycle prolongé. Il est possible de louer sur place un moteur électrique, une batterie et les divers équipements de pêche. Vous pouvez aussi demander l’aide d’un guide au besoin.


Pour en savoir plus, composez le 1 800 293-5432 ou visitez le site pourvoirietrudeau.com.