/world/europe
Navigation

Coronavirus: 16 000 cas passent sous le radar, Londres accuse un logiciel

Coronavirus: 16 000 cas passent sous le radar, Londres accuse un logiciel
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Londres | Le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock, a imputé lundi à un logiciel suranné le « problème technique » ayant fait passer sous le radar des milliers de contaminations au nouveau coronavirus au Royaume-Uni.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

Le Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe avec près de 42 400 morts, a dépassé dimanche la barre des 500 000 cas positifs à la suite d’un rattrapage de près de 16 000 cas détectés entre le 25 septembre et le 2 octobre, qui n’avaient pas été comptabilisés en raison d’un « problème technique ».

« Toute personne qui a été testée positive s’est vue communiquer le résultat de manière normale dans le délai normal », avec instruction de s’isoler, a expliqué le ministre de la Santé, Matt Hancock, devant les députés. 

Mais « ces résultats positifs n’ont pas été intégrés dans les données publiques et n’ont pas été transférés au système de traçage des contacts », qui recherche les personnes entrées en contact proche avec les malades, a-t-il ajouté, imputant la faute à un « vieux système informatique » de l’agence publique de santé anglaise (PHE).

« C’est un problème grave qui fait l’objet d’une enquête approfondie », a-t-il poursuivi. « Cet incident n’aurait jamais dû se produire », a-t-il ajouté. Lundi matin, 51% de ces cas positifs avaient été contactés pour pouvoir retracer leurs contacts depuis que le problème a été constaté vendredi, selon lui.

Matt Hancock a également souligné que ce problème technique ne remettait pas en cause la stratégie du gouvernement britannique, qui espère éviter un reconfinement national en multipliant les actions au niveau local pour tenter de freiner la propagation du virus.  

« Le chef des services sanitaires a estimé que notre évaluation de la maladie et son impact n’ont pas considérablement changé en conséquence de ces données », a-t-il insisté. « Le centre conjoint de biosécurité a confirmé que cela n’a pas affecté la base sur laquelle les décisions sur les actions locales ont été prises la semaine dernière. » 

Selon un nouveau bilan publié lundi après-midi, le Royaume-Uni dénombre 515 571 cas positifs (+12 594 en 24 heures) et 42 369 morts (+19).