/sports/racing
Navigation

NASCAR: «Raphaël n’a pas volé cette victoire»

Jean-Paul Cabana a été un précurseur du stock-car au Québec

Cabana et Lessard
Photo Louis Butcher La légende québécoise du stock-car, Jean-Paul Cabana, voue une admiration sans bornes à Raphaël Lessard.

Coup d'oeil sur cet article

Quand Raphaël Lessard a remporté la première victoire de sa carrière dans la série des camionnettes NASCAR, samedi à Talladega, des amateurs québécois ont eu une pensée pour Jean-Paul Cabana. Non sans raison.

• À lire aussi: NASCAR: à la «une» avec Donald Trump!

• À lire aussi: Les meilleurs Québécois en NASCAR

Le bon vieux Jean-Paul, toujours alerte à 85 ans, a été l’un des grands précurseurs du stock-car au Québec. Et certains intervenants ont tôt fait de nous rappeler que le premier Québécois à avoir gagné dans l’une des divisions majeures du NASCAR, c’est lui.

Même si les sites de référence les plus crédibles n’en font pas mention, Cabana a bel et bien paradé dans le cercle du vainqueur à Daytona en février 1962.

L’ancêtre de la série Xfinity

C’était dans la série Late Model Sportsman (LMS), considérée comme l’ancêtre de la série aujourd’hui connue sous le nom Xfinity. La nuance à apporter, c’est qu’il avait rallié l’arrivée au neuvième rang toutes catégories, mais premier dans sa classe. Voilà, la précision a été apportée.

À l’époque, nous a rappelé Dominic Fugère, spécialiste du NASCAR et directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières, deux catégories de voitures s’affrontaient dans la même épreuve. La LMS était la moins rapide. L’autre s’appelait Modified.

« Ça fait tellement longtemps, que bien des gens ne s’en rappellent plus », a affirmé Cabana, joint par Le Journal

Mais en aucun temps il n’a été offusqué d’avoir été oublié dans notre reportage, lui qui a été très élogieux envers Lessard. 

« J’ai toujours dit que ce petit gars irait loin en NASCAR, a-t-il souligné. Il n’a pas volé cette victoire. Elle a été obtenue sur le circuit le plus rapide au calendrier, le plus intimidant aussi. Bravo. »

Les deux se sont rencontrés à quelques occasions dont une fois, il y a quelques années, à la piste de Sanair où est installée l’école de pilotage qui porte le nom de Jean-Paul Cabana.

« Quand je l’ai vu rouler devant moi, mon idée, déjà, était faite, a dit Cabana. Il va réussir si on lui donne les moyens. »