/news/coronavirus
Navigation

Zones rouges: forcés de fermer, les gyms dans l'incompréhension

Les nouvelles directives gouvernementales sont contestées par les propriétaires

Coup d'oeil sur cet article

Les propriétaires de salles d’entraînement ne comprennent pas la décision du gouvernement qui a annoncé hier qu’elles devaient fermer leurs portes en zone rouge. 

• À lire aussi: Le masque obligatoire à l'extérieur des écoles en zone rouge

• À lire aussi: Reconfinement des sports d'équipe: des enfants ont l’impression d’être punis

« On ferme les endroits où la Santé publique dit qu’il n’y a pas d’éclosions, on respecte exactement ce qu’on nous demande, mais on oublie le bien-être des gens. On vient d’investir dans la sécurité et les mesures sanitaires, et là, on doit fermer », soupire Nicolas Cucuzza Biniek, qui gère le gym montréalais Biner Training. 

Nicolas Cucuzza Biniek, du Biner Gym à Montréal, a réagi à l’annonce du gouvernement de fermer les centres d’entrainement.
Photo Agence QMI, Joêl Lemay
Nicolas Cucuzza Biniek, du Biner Gym à Montréal, a réagi à l’annonce du gouvernement de fermer les centres d’entrainement.

Écoutez l'entrevue du porte-parole de la Coalition des studios d'entraînements privés du Québec Mathieu Dumontet avec Geneviève Pettersen sur QUB Radio: 

La fermeture des gyms dans les régions chaudes est un autre dur coup pour l’industrie qui avait été confinée pendant plusieurs semaines lors de la première vague de l’épidémie au Québec. 

Drôle de signal 

Gabriel Hardy du Gym Le Chalet qui a réagi à l’annonce du gouvernement de fermer les centres d’entrainement, lundi.
Photo Stevens LeBlanc
Gabriel Hardy du Gym Le Chalet qui a réagi à l’annonce du gouvernement de fermer les centres d’entrainement, lundi.

Pour Gabriel Hardy, propriétaire du gym Le Chalet à Québec, cette décision envoie un message contradictoire à la population alors que le gouvernement martèle l’importance de bouger, même en temps de pandémie.

«J’ai des sentiments mitigés. Le message qui est envoyé à la société, je le trouve spécial. Les gens suivent les mesures, font bien ça et les gyms ne sont aucun lieu d’éclosions au Canada. C’est un dur coup dans les jambes de ceux qui considèrent faire les bons choix en prenant soin de leur corps. C’est un bon coup de poing dans la face», a martelé Hardy, qui venait d’ajouter 2500 pieds carrés d’espace à l’intérieur de ses installations pour faciliter la distanciation physique. 

Un besoin essentiel

Ce discours est aussi partagé par Nicolas Cucuzza Biniek, qui estime que son studio est 30 % plus utilisé qu’à pareille date l’an dernier. Ce chiffre démontre selon lui que les gens ont besoin de se changer les idées présentement en faisant du sport. Les deux hommes d’affaires entendent tout de même se conformer aux directives. 

«Les gens ont tellement le besoin de s’entraîner pour le mental et pour plein d’aspects [...] C’est un peu dommage de nous fermer maintenant, car, il n’y a même pas une semaine, on nous a dit que c’était sécuritaire. Oui, on voit tous que les cas augmentent, mais si ce n’est pas un vecteur de contagion, ça fait du bien à la population et j’ai de la difficulté à comprendre le message envoyé», s’est questionné le propriétaire de Biner Training, qui offrira à ses clients des séances d’entraînement virtuelles afin qu’ils puissent suivre leur programme à distance. 

Frustration

Son confrère du gym Le Chalet a aussi nuancé le discours de la ministre selon lequel il sera facile de bouger malgré tout.

«Ce n’est pas vrai que la course, c’est fait pour tout le monde ! Puis, on laisse les fast-foods ouverts, la SAQ et la SQDC, alors que pour plusieurs, l’entraînement, c’est une drogue», a pesté Hardy. 

Quant à l’aide financière promise par la ministre Isabelle Charest, ils se promettent d’y jeter un œil même si cet argent n’épongera pas toutes les futures pertes encourues.

À VOIR AUSSI       

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres