/news/coronavirus
Navigation

Alerte COVID: QS et le PQ refusent d’encourager son téléchargement

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement aux libéraux et au gouvernement, péquistes et solidaires demeurent toujours aussi méfiants envers l’application Alerte COVID, au point de refuser d’en encourager le téléchargement.

• À lire aussi: Environ 3,4 millions de téléchargements d'Alerte COVID au Canada

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

«Pour le moment, nous, on est sceptiques sur l'utilité de cette application-là, donc, non, on n'est pas en mesure, aujourd'hui, de dire: c'est la solution, téléchargez-la», a déclaré mardi le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois. 

Malgré l’appel lancé lundi en conférence de presse par le premier ministre François Legault, M. Nadeau-Dubois préfère même s’abstenir d’installer, sur son téléphone, l’application fédérale de notification d’exposition à la COVID-19. 

«Moi, je ne l'ai pas encore téléchargée. Je n'exclus pas de le faire, mais, pour le savoir, pour prendre cette décision-là, on a besoin d'être rassurés par la Santé publique», a-t-il indiqué. 

Le PQ plaide pour le «libre choix»

Pour sa part, le chef parlementaire péquiste, Pascal Bérubé, a plaidé de façon répétée pour le «libre choix».   

  • Écoutez le chef du Parti québécois Pascal Bérubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Le Parti québécois déposera d’ailleurs une motion, au Salon bleu, visant à s’assurer que tous les Québécois soient libres d’utiliser ou non l’application du gouvernement fédéral.

Le leader parlementaire péquiste Martin Ouellet a rappelé que, cet été, plusieurs experts avaient exprimé des réserves quant à l’efficacité et la fiabilité de ce genre d’application. 

«Donc, si ce n'est pas efficace, si ce n'est pas utile, qu'est-ce que c'est? C'est un gadget, a tranché M. Ouellet. Cela étant dit, nous, notre devoir, c'est de s'assurer que les gens qui veulent la télécharger, il faut qu'ils soient libres de le faire.»

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Nicole Martel, pdg de l’Association Québécoise des Technologies, sur QUB radio :

Aussitôt adoptée par les libéraux

Du côté du Parti libéral du Québec, on considère que la plupart des enjeux qui avaient été soulevés en commission parlementaire ont, depuis, été réglés. 

La cheffe libérale, Dominique Anglade, a d’ailleurs téléchargé l’application aussitôt que le premier ministre a demandé de le faire. 

«Je recommande à tout le monde de suivre les règles sanitaires et de télécharger l'application», a soutenu la cheffe de l’opposition officielle. 

«De notre côté, on l'a téléchargée pour s'assurer qu'on ne fait pas partie du problème, mais plutôt de la solution, pour s'assurer qu'un maximum de Québécois l'ont téléchargée», a indiqué la députée libérale Marwah Rizqy, en rappelant que plus les gens utiliseront l’application, plus elle sera efficace.  

  • Écoutez l'entrevue du PDG d'Eva Technologies Eric Parent avec Geneviève Pettersen sur QUB Radio:  

Face à l’opposition, Québec tente de rassurer     

Agence QMI

L’application Alerte COVID ne fait pas l’unanimité, car nombreux sont les Québécois qui craignent que leurs données personnelles soient partagées.

En entrevue à LCN mardi, le ministre québécois de la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, a rappelé une fois de plus que l’application est sécuritaire.      

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoît Dutrizac, sur QUB radio:   

«Cette application-là, on l’a testée sous toutes ses coutures et, au niveau de la protection des renseignements personnels, il n’y a vraiment aucun danger, pour la simple et bonne raison qu’elle n’utilise pas les renseignements personnels», a-t-il répété.

Cependant, vu les inquiétudes, le ministre aura un grand travail à faire pour convaincre la population de souscrire à ce nouvel outil conçu pour aider à endiguer la pandémie.

«Je pense aussi que cette application-là peut avoir un impact important sur la lutte à la pandémie. Je pense surtout aux jeunes qui sont actuellement, peut-être, un peu plus dans la zone de propagation», a indiqué M. Caire, bien conscient que les jeunes sont de grands utilisateurs de téléphones intelligents.

Faux sentiment de sécurité, faux positif et engorgement inutile des files d’attente dans les cliniques de dépistage sont au nombre des arguments énumérés par les opposants à la nouvelle mesure.

«Par rapport aux bénéfices, l’inconvénient, il est mineur», fait valoir Éric Caire.

Cette application alerte les usagers qui ont été en contact avec une personne ayant reçu un diagnostic de COVID-19. L’identité des personnes atteintes n’est jamais révélée. L’application envoie ensuite des informations pertinentes concernant ce qui doit être fait après avoir reçu la notification d’exposition.

Pour qu’elle soit efficace, cette application doit être utilisée par un grand nombre de personnes.

À VOIR AUSSI         

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres