/news/society
Navigation

Halloween annulée? Les municipalités travaillent sur un plan B

family celebrating Halloween

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a indiqué mardi qu’il était trop tôt pour décider si la collecte de bonbons d’Halloween serait annulée ou maintenue cette année, tandis que les villes semblent attendre la décision de la Santé publique avant de trancher.

«Moi, je pense qu’il est encore trop tôt», a précisé le ministre Dubé mardi en point de presse, lorsque questionné à savoir si le porte-à-porte serait proscrit à l’Halloween. «On a demandé à la Santé publique de travailler sur un protocole», a-t-il ajouté.

Du côté des municipalités, seule la Ville de Rouyn-Noranda, en Abitibi, semble avoir choisi d’annuler, pour le moment, la collecte de bonbons du 31 octobre.

Toutes les autres villes contactées par le 24 Heures, dont Montréal, Laval, Longueuil et Québec, ont précisé évaluer la situation et ont mentionné qu’elles allaient se conformer aux décisions de la Santé publique.

«Dans toutes ses actions, Montréal suit les recommandations de la Direction régionale de santé publique. Actuellement, aucune décision quant à l’Halloween n’a été prise», a précisé une porte-parole de la métropole, Karla Duval.

Un plan B?

Certaines villes à travers la province travaillent présentement sur un plan B afin de souligner cette fête appréciée par les plus jeunes.

«Nous travaillons actuellement sur différentes options qui pourraient être proposées aux citoyennes et citoyens en fonction des règles qui seront édictées par la Santé publique», a expliqué l’agent aux communications de la Ville de Rimouski, Frédéric Savard.

La présidente de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, a mentionné en entrevue au Québec Matin, sur les ondes de LCN, que des concours de décorations ou de dessins sous le thème de l’Halloween, ou encore des chasses aux bonbons organisées dans les maisons, pourraient être des options de remplacement.

«On n’a pas beaucoup le choix. C’est une question de santé publique. Il faut être imaginatifs, repenser les choses. Pourquoi ne pas faire cette course aux bonbons dans la maison? Ça peut être très agréable», a souligné la présidente de l’UMQ.

Une question qui divise

Selon un sondage Léger dont les résultats ont été diffusés lundi, les Canadiens sont divisés quant à la tenue de l’Halloween en raison de la pandémie. Un peu plus de la moitié des répondants (52%) croient que les différents gouvernements devraient annuler l’évènement.

Toutefois, 48% des répondants qui ont des enfants affirment qu’ils seraient prêts à laisser leurs jeunes cogner aux portes pour des bonbons cette année.

Avec l’Agence QMI