/sports/football
Navigation

Football juvénile: une saison de printemps dans les cartons

Le circuit provincial juvénile espère pouvoir tenir une saison de football ce printemps.
Photo d'archives, Agence QMI Le circuit provincial juvénile espère pouvoir tenir une saison de football ce printemps.

Coup d'oeil sur cet article

Les 18 entraîneurs-chefs des équipes de Division 1 et 1b du circuit juvénile de football ont tenu une rencontre, mercredi, dans l’espoir de mettre sur pied une saison de printemps.

Des 18 entraîneurs présents (10 en D1 et 8 en 1b), cinq se sont portés volontaires pour établir les grandes lignes d’une éventuelle saison de printemps. Ils partageront le fruit de leurs réflexions avec leurs collègues en janvier et présenteront une proposition.

Parce que les entraîneurs qui sont dans bien des cas responsables des programmes de football ne prendront pas la décision finale d’embarquer ou pas, aucune institution n’a voulu se compromettre pour le moment, mais tous souhaitent offrir quelque chose aux joueurs. Il y a aussi toute l’incertitude entourant la pandémie qui incite à la patience.

«C’est déjà difficile de garder les joueurs de 5e secondaire motivés après les Fêtes puisqu’ils ont déjà la tête au cégep, a indiqué le responsable du programme de football de l’Académie Saint-Louis, Christopher Auger. On veut leur offrir quelque chose pour les motiver, mais le format reste à déterminer. De notre côté, on souhaite un calendrier de quatre à cinq parties dans un contexte et une finalité régionale comme nous avions établi à l’automne avec trois sections.»

«Dès la dernière semaine d’avril, on pourrait débuter un camp d’entraînement qui se déroulerait à l’intérieur et à l’extérieur, de poursuivre Auger. Les conditions ne seraient pas plus mauvaises qu’à la mi-novembre. On pourrait jouer tout le mois de mai et au plus tard la première semaine de juin. Par la suite, ce sont les examens ministériels et on ne sera pas partants si la saison se prolonge au-delà de la première fin de semaine de juin ou si le souhait est de disputer une saison complète. On pourrait repartir de plus belle à l’automne.»

Si les entraîneurs planchent sur différents scénarios pour un format de calendrier, Auger croit que les joueurs veulent simplement sauter sur le terrain. «Ils seraient très heureux si on leur annonçait qu’on tenait un entraînement conjoint avec Saint-Jean-Eudes, a-t-il résumé. Ils veulent simplement mettre leur casque. Pour cette raison, un calendrier de quatre ou cinq parties contre des équipes différentes serait très bien.»

Membre du comité des cinq entraîneurs, Antoine Gendron souhaite lui aussi offrir quelque chose aux joueurs. «On veut tous un semblant de saison, surtout pour les finissants, a souligné le responsable des sports et entraîneur-chef du Blizzard du Séminaire Saint-François. Le moral est assez bas depuis l’annonce de lundi. Il faudra penser envisager une stratégie différente pour vivre avec le virus qui n’est pas sur le point de disparaître. Il y a d’autres approches qui existent que celles privilégiées par le Québec.»