/finance
Navigation

L'adoption de la 5G serait bénéfique pour la lutte au GES

Coup d'oeil sur cet article

Le déploiement à grande échelle de la technologie 5G au Canada aurait un effet bénéfique pour la lutte contre les changements climatiques, conclut un rapport commandé par l'Association canadienne des télécommunications sans fil. 

Selon l'étude préparée par la firme Accenture et dévoilée mercredi, les installations 5G sont bien moins énergivores que leurs cousines du réseau 4G actuellement déployées, avec une consommation de 8 à 15 % moindre.

«On prévoit que la 5G pourra soutenir une hausse de trafic 1000 fois plus élevée au cours des 10 prochaines années, alors que la consommation d'énergie sera de la moitié des niveaux actuels», jugent ainsi les chercheurs, en notant que la diminution de la consommation d'énergie pourrait ainsi se traduire par une baisse des émissions de gaz à effet de serre lorsque celle-ci est produite à l'aide de combustibles fossiles.

«Si elle est déployée rapidement, la 5G permettra aux entreprises canadiennes de services sans fil de diminuer leurs émissions de GES d’une valeur pouvant atteindre 10 TMeCO2 (10 millions de tonnes d'équivalents CO2) entre 2020 et 2030 par rapport à leurs émissions sans la 5G», peut-on lire dans l'étude. Cela reviendrait à retirer un peu plus de deux millions de voitures des routes pendant un an, selon la calculatrice d'équivalent de l'agence américaine de protection de l'environnement.

Cette estimation de la baisse des émissions est tirée d'un document fourni par l'entreprise chinoise Huawei qui cherche à implanter sa technologie 5G au Canada, est-il noté dans l'étude.

Les avancées technologiques permises par la 5G, par exemple en matière d'optimisation des réseaux de distribution d'électricité, de voitures intelligentes et de connectivité, par exemple pour organiser des conférences virtuelles, pourront aussi aider à lutter contre les émissions de GES.

Globalement, la 5G permettrait ainsi d'éviter l'émission de 48 à 54 millions de tonnes d'équivalents CO2 par année au pays d'ici 2025, ce qui représenterait de 18 à 23 % des objectifs de diminution des émissions fixés par le gouvernement fédéral d'ici 2030.

L'Association canadienne des télécommunications sans fil est un organisme représentant des dizaines de joueurs de l'industrie du sans fil, incluant des compagnies d'importance comme Bell, Huawei Canada, Rogers et Vidéotron.