/world/middleeast
Navigation

Liban: consultations parlementaires le 15 octobre pour désigner un premier ministre

Liban: consultations parlementaires le 15 octobre pour désigner un premier ministre
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Beyrouth | Le président libanais Michel Aoun a fixé au 15 octobre les consultations parlementaires en vue de désigner un nouveau premier ministre, après une première tentative avortée le mois dernier de former un gouvernement d'«indépendants», réclamé par la rue et la communauté internationale. 

«Le président Aoun a fixé au jeudi 15 octobre la date de la tenue de consultations parlementaires pour désigner une personnalité devant former le nouveau gouvernement», a indiqué la présidence libanaise sur Twitter. 

Après des semaines de négociations infructueuses, le premier ministre Moustapha Adib, désigné fin août pour former un gouvernement de «mission», réclamé notamment par Paris, avait jeté l'éponge le 26 septembre, faute de consensus entre les partis politiques.

Il devait former un cabinet chargé de mettre en place des réformes indispensables au déblocage d'une aide internationale dans un délai de deux semaines, annoncé par le président français Emmanuel Macron lors de sa visite début septembre au Liban.   

Ce délai manqué, dans un pays multiconfessionnel habitué à d'interminables marchandages entre les partis au pouvoir accusés de corruption par la rue, avait suscité l'ire du président français qui a fustigé une «trahison collective» lors d'un discours tenu le lendemain de la démission de M. Adib. 

M. Macron avait accordé un délai supplémentaire de «quatre à six semaines» pour former ce gouvernement, évoquant une «dernière chance».  

Moustapha Adib avait succédé à Hassan Diab qui avait démissionné après l'explosion dévastatrice le 4 août au port de Beyrouth. Celle-ci a fait plus de 190 morts et 6500 blessés et dévasté des quartiers entiers de la capitale.

Le Liban vit depuis un an la pire crise économique, sociale et politique depuis au moins la fin de la guerre civile (1975-1990), amplifiée par la pandémie de COVID-19.