/investigations/health
Navigation

Québec va enquêter sur un contrat du CHUM

Coup d'oeil sur cet article

Québec a demandé d’ouvrir une enquête au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) en raison d’un contrat accordé 1 $ sous le 1 000 000 $, ce qui lui permettait d’échapper au chien de garde des contrats publics.

• À lire aussi: Un chien de garde facile à contourner

• À lire aussi: Conflit d’intérêts au CHUM: une membre du CA obtient un contrat de 1M$

Dans une lettre envoyée à l’Autorité des marchés publics (AMP), la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, a réclamé qu’une enquête soit menée. 

« [...] j’ai demandé jeudi dernier à l’AMP de faire les vérifications sur ce contrat spécifiquement. L’AMP dévoilera les conclusions de sa vérification sur son site internet », a mentionné Sonia LeBel.

La firme IVADO Labs, spécialisée dans l’intelligence artificielle, a obtenu le 12 août du CHUM un contrat de gré à gré de 999 999 $.

Le contrat porte sur une solution technologique pour reprendre plus de 2000 interventions chirurgicales annulées depuis le début de la pandémie de COVID-19.  

Aucun avis d’intention n’a été publié, comme c’est habituellement le cas dans ce genre de contrat.

Plusieurs questions

La fondatrice et présidente exécutive d’IVADO Labs n’est nulle autre qu’Hélène Desmarais, qui siège au conseil d’administration du CHUM.

Si son prix avait été 1 $ de plus, le contrat aurait été soumis à des règles plus strictes de l’AMP, mise sur pied pour éviter la collusion et la corruption dans la foulée de la commission Charbonneau. 

IVADO aurait donc dû se soumettre à des vérifications de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) pour être inscrite au Registre des entreprises admissibles de l’AMP.

Mme Desmarais a un troisième intérêt dans cette aventure : c’est elle qui est coprésidente de SCALE AI, la grappe en intelligence artificielle qui a financé le projet pour le CHUM avec des fonds publics.

Selon le CHUM, le prix du contrat avait été établi en fonction des dépenses soumises par IVADO Labs.

L’hôpital a assuré que Mme Desmarais a déclaré ses intérêts dans les entreprises et qu’elle s’était retirée des prises de décision.

Le CHUM soutient aussi avoir obtenu un avis légal avant de procéder, mais a refusé de nous transmettre ce document.