/news/currentevents
Navigation

Coupable d’avoir violenté une femme à son party de fête

Le chanteur Éric Lapointe a de fortes chances de s’en tirer sans casier criminel

Coup d'oeil sur cet article

Le chanteur Éric Lapointe a reconnu mercredi avoir violenté une femme à la suite de son party d’anniversaire arrosé, mais il pourrait s’en sortir sans casier judiciaire puisque les avocats ont suggéré qu’il obtienne l’absolution.

• À lire aussi - Plaidoyer d’Éric Lapointe: La victime est démolie, selon ses proches

« Ce n’est pas contraire à l’intérêt public », a assuré l’avocat du rockeur, Me Jacklin Turcot, mercredi à la Cour municipale de Montréal.

Lapointe, 51 ans, était de retour au tribunal mercredi, afin de plaider coupable de voies de fait sur une femme, et du même coup s’excuser pour son geste survenu le 30 septembre 2019 alors qu’il a célébré son 50e anniversaire de naissance.  

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher au micro de Pierre Nantel sur QUB radio:    

Des regrets

« Je regrette sincèrement ce qui s’est passé, a-t-il dit. Mon intoxication ne justifie en rien mon comportement, c’est une raison supplémentaire de poursuivre le combat que je mène contre l’alcoolisme depuis plusieurs années. » 

L’incident est survenu alors qu’il quittait son party de fête en compagnie d’une amie, afin de continuer la fête chez lui. Or, au petit matin, une femme qui était déjà chez lui s’est énervée et une dispute a éclaté. 

  • ÉCOUTEZ la chronique de l'ex-juge Nicole Gibeault à QUB radio:

Main au cou

« M. Lapointe s’approche de la plaignante, pose sa main sur le cou de cette dernière tout en l’adossant contre le garde-manger », indique le résumé des faits.

La femme a appelé le 911 tout en mentionnant ne pas avoir peur du chanteur. Ce dernier a collaboré avec les policiers, mais il a tout de même été accusé.

Le chanteur Éric Lapointe est arrivé masqué à la Cour municipale de Montréal, mercredi, afin de plaider coupable à des voies de fait sur une femme à la suite d’un party d’anniversaire arrosé survenu en septembre 2019.
Photo Ben Pelosse
Le chanteur Éric Lapointe est arrivé masqué à la Cour municipale de Montréal, mercredi, afin de plaider coupable à des voies de fait sur une femme à la suite d’un party d’anniversaire arrosé survenu en septembre 2019.

« Je m’excuse à tous ceux que j’ai pu décevoir, j’espère que [la victime] me pardonnera », a dit Lapointe mercredi, ajoutant avoir fait un don de 3000 $ à un organisme venant en aide aux victimes.

Mais si les tribunaux rappellent de plus en plus fort que la violence envers les femmes n’est pas tolérée, le juge Steeve Larivière pourrait devoir ordonner l’absolution pour Lapointe, puisque c’est ce que recommandent tant la défense que la poursuite.    

  • ÉCOUTEZ la chronique culturelle d'Anaïs Guertin-Lacroix à QUB radio:   

Abasourdie

À moins qu’il estime que la suggestion, qui inclut une probation d’un an, soit complètement déraisonnable, le magistrat n’aura d’autre choix que de l’entériner.

« Ce n’est pas rendre justice à personne que de précipiter les choses », a dit le juge en repoussant sa décision au 27 octobre.

La procureure municipale, Me Christine Plourde, a dit que la victime est au courant de l’issue du dossier, mais des proches de cette dernière affirment qu’elle est abasourdie par la tournure des événements.

« Elle est complètement démolie, a assuré l’une d’elles à l’Agence QMI. Elle était prête à témoigner dans un éventuel procès. Elle fait des cauchemars, elle a encore peur. Il l’a démolie. »

Une autre proche a pour sa part expliqué que la victime continuait à voir des professionnels de la santé, en rapport avec les voies de fait qu’elle a subies.

– Avec Pierre-Jean Séguin, Agence QMI