/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Alerte COVID: QS se range derrière le gouvernement

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire s’est finalement rangé derrière l’application Alerte COVID jeudi, après des échanges musclés avec le premier ministre au Salon bleu et une sortie du Dr Horacio Arruda en faveur de l'application.

• À lire aussi: La vallée du Saint-Laurent passe au rouge

• À lire aussi: Alerte COVID: le commissaire à la vie privée réaffirme son appui

Depuis l’été dernier, les élus solidaires se montraient méfiants envers ce type d’applications pour téléphone intelligent visant à retracer les contacts d’une personne infectée par la COVID-19.  

Comme tous les autres partis représentés à l’Assemblée nationale, QS s’était opposé, en août dernier, à l’adoption de la solution fédérale, Alerte COVID. Mais le gouvernement caquiste a fait volte-face, en début de semaine, et demande maintenant aux Québécois de la télécharger.  

Au Salon bleu jeudi, le refus de Québec solidaire d’appuyer l’application fédérale a fait sortir François Legault de ses gonds. Visiblement irrité, il a accusé les solidaires et les péquistes, qui s’y opposent également, de nuire à la lutte contre le coronavirus.  

«C'est une question de vie ou de mort. Quand Québec solidaire et le Parti québécois vont-ils prendre leurs responsabilités?» a pesté le premier ministre, avant de jeter son téléphone cellulaire sur son pupitre.

Sur Twitter par la suite, Manon Massé a accusé François Legault d'avoir perdu son sang-froid devant ses questions. «Le premier ministre perd les pédales et éclate de colère quand les oppositions osent poser des questions», a-t-elle déploré. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Pas d’engorgement

Mais les propos du directeur national de santé publique, quelques heures plus tard, ont rassuré les élus solidaires, qui appuient maintenant l’application Alerte COVID.  

L’application, a-t-il assuré, n’encombrera pas les systèmes de traçage des cas de personnes infectées. «C'est un outil supplémentaire, à mon avis. [...] Ce que cette application-là va faire, c'est que si quelqu'un a été en contact avec potentiellement quelqu'un d'autre d'infecté, cette personne-là va le savoir, elle va peut-être s'isoler plus rapidement, aller passer un test, puis éviter de contaminer d'autres personnes», a illustré le Dr Horacio Arruda en conférence de presse.  

Peu après, Québec solidaire diffusait un communiqué pour annoncer son changement de cap. «Le docteur Arruda endosse enfin l’application COVID-Alerte, et dit être confiant que le système de dépistage saura encaisser les conséquences de son déploiement. C’était la crainte principale de Québec solidaire et de la majorité des experts depuis la commission parlementaire du mois d’août, et non la question des données personnelles», assure la porte-parole de Québec solidaire Manon Massé.  

«Maintenant que cette application a l’appui officiel du Dr Arruda, nous pouvons la télécharger sans crainte de nuire à notre lutte collective contre la pandémie», a-t-elle ajouté.  

-Avec la collaboration de Geneviève Lajoie

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.